Coup d'envoi du 19ème Festival international du film musulman de Kazan avec la participation du Maroc


Le 19ème Festival international du film musulman de Kazan s’est ouvert, mardi 5 septembre 2023, dans la capitale du Tatarstan, avec la participation, en compétition officielle, d’une cinquantaine d’œuvres représentant plus de 20 pays, dont le Maroc.

La cérémonie d’ouverture a été marquée par des messages de bienvenue de la ministre russe de la culture, Olga Lioubimova, et de hauts représentants du gouvernement local du Tatarstan, et par une performance artistique reflétant la richesse de la culture et des arts populaires tatars.

Le film « Murs effondrés » du réalisateur marocain Hakim Belabbes concourt dans la catégorie « long-métrages » du festival aux côtés de neuf films de Russie, d’Inde, d’Irak, de Tunisie, d’Iran, du Tadjikistan, de Turquie, de Syrie et de Grèce, selon le programme du festival, dévoilé par les organisateurs.

Le long-métrage de 136 minutes avait été retenu dans la « short-list » du festival qui se poursuit au 9 septembre dans la capitale du Tatarstan, une république russe située à 800 km à l’Est de Moscou.

« Murs effondrés » réunit une pléiade d’acteurs de différentes générations, dont Amine Naji, Hassna Moumni, Zhour Slimani et Sanaa El Alaoui, entre autres.

A travers ce film, dont l’action se déroule dans la ville de Bejaâd, Hakim Belabbes, avec une empreinte omniprésente et une émotion prédominante, plonge le public dans des histoires de la vie quotidienne, difficile pour certains et clémente pour d’autres, d’hommes et de femmes, épouses et maris, mères et pères, fils et filles.


Au total, 52 oeuvres cinématographiques de 21 pays (Russie, Iran, Syrie, Inde, Irak, Maroc, Tadjikistan, Turquie, Grèce, Oman, Kirghizistan, Tunisie, Pakistan, Bangladesh, Arabie Saoudite, Grande-Bretagne, Sénégal, Népal, Kazakhstan, Égypte, Algérie) sont en lice dans les catégories « Longs-métrages », « Courts-métrages », « Longs documentaires », « Courts documentaires » et « Compétition nationale », qui inclut des œuvres réalisées au Tatarstan.

Le jury de cette édition, présidé par le cinéaste et réalisateur sénégalais Moussa Touré, se compose du cinéaste marocain Bouchaib El Messaoudi, du réalisateur tunisien Mokhtar Ladjimi, du producteur et réalisateur égyptien Mamdouh Salem, du scénariste et critique égyptien, Walid Seif, de la critique géorgienne Dali Okropiridze, de l’acteur turc Renan Bilek, du réalisateur azebaidjanais Fariz Akhmedov, de l’acteur anglais Gavin Lee et du président du Festival international du film pour enfants de Pékin Li Ge.

Dans une déclaration à la MAP, M. El Messaoudi s’est dit honoré de prendre part à cet événement culturel international, soulignant que la présence du Maroc parmi les membres du jury ou en compétition est une source de joie « que seuls ceux qui l’ont vécue connaissent ».

« Les membres du jury sont des personnalités importantes du monde du cinéma, chacun dans son domaine. Nous échangeons des discussions cinématographiques pour parler du cinéma et pour partager l’expérience personnelle de chacun », a poursuivi M. El Messaoudi, qui est aussi médecin rhumatologue, romancier et auteur notamment de « Cinéma et épidémies » et de l’ouvrage « Le documentaire, origine du cinéma ».

Il a également félicité le comité de sélection pour la qualité des films choisis pour cette édition, notant que ces oeuvres présentent une qualité visuelle et des séquences cinématographiques profondes qui peuvent être enseignées dans les écoles de cinéma.

Le Festival international du film musulman de Kazan, qui se tient depuis 2005, a pour mission de favoriser l’échange d’expériences entre les professionnels du monde de la culture et des arts de Russie et des pays musulmans, en mettant en avant les valeurs humaines, spirituelles et morales ainsi que les traditions culturelles illustrées dans les réalisations de cinéastes musulmans et d’autres confessions.

 

Articles similaires