17ème Conférence mondiale Villes & Ports : Le plaidoyer de Nizar Baraka pour l’économie bleue

L’économie bleue constitue désormais un pilier incontournable du Nouveau modèle de développement (NMD) du Maroc, et une nouvelle opportunité pour son développement durable, a souligné, samedi 14 mai 2022 à Tanger, le ministre de l’Equipement et de l’eau, Nizar Baraka. «Avec sa position géographique stratégique, ses deux façades maritimes s’étalant sur 3.500 km, son littoral, ses ressources halieutiques et énergétiques, le Maroc jouit d’un capital maritime important et dispose d’un potentiel réel en matière d’économie bleue», a affirmé M. Baraka, qui intervenait lors de la cérémonie d'ouverture de la 17ème Conférence mondiale Villes & Ports, organisée par l'Association internationale des villes portuaires (AIVP), en partenariat avec la Société d'aménagement de la zone portuaire de Tanger ville (SAPT).

Le ministre a relevé que le Maroc ambitionne d’adopter une stratégie nationale de l’économie bleue durable et inclusive, adaptée aux vocations régionales et déployée autour des secteurs économiques traditionnels (la pêche, le tourisme et les activités portuaires), tout en développant de nouveaux secteurs porteurs de forts potentiels de croissance (aquaculture, écotourisme, biotechnologies, construction navale, etc.), notant que la mise en œuvre de cette stratégie passera certainement par la mise en place d’une gouvernance appropriée, et un renforcement du rôle central des territoires dans le développement des secteurs de l’économie bleue dans le cadre de la régionalisation avancée. La recherche scientifique, la formation, l’innovation et la digitalisation sont également des facteurs importants pour l’accompagnement et la réussite de cette stratégie.

Le ministre a indiqué que son département, dans le cadre de la mise en œuvre de sa vision stratégique de valorisation du domaine public maritime, a été précurseur dans l’établissement d’un Atlas des potentiels marins et côtiers, qui a recensé et caractérisé toutes les activités existantes et potentielles liées à la mer, avec leurs distributions géo-spatiales. Cet Atlas constitue une première étape importante, dans le cadre d’une démarche de planification maritime spatiale, à poursuivre en étroite collaboration avec l’ensemble des parties prenantes concernées, en adoptant une vision plurisectorielle, et en appréhendant la mer comme un espace d’intégration par excellence.

«Le Maroc est doté d’une stratégie portuaire ambitieuse à l’horizon 2030, qui vise non seulement le positionnement des ports marocains comme plateforme incontournable dans les chaines logistiques du bassin méditerranéen et de l’Afrique de l’Ouest, mais surtout le renforcement du rôle de ces ports comme moteurs et catalyseurs d’un développement territorial et régional équilibré sur le plan social, économique et environnemental», a relevé M. Baraka. En plus des axes stratégiques portant sur la construction de nouveaux ports et la réalisation de grandes extensions, cette stratégie a dédié un axe spécifique portant sur l’intégration des ports dans leur environnement urbain, ce qui constitue l’un des leviers indispensables pour le développement des villes portuaires, à travers, notamment l’insertion des ports dans la ville, la stimulation de l’offre touristique et l’attractivité de la région ainsi que la promotion du patrimoine maritime et portuaire.

 

A.A