13e édition du salon du livre usagé à Casablanca

Le rendez-vous des passionnés d’ouvrages rares

L’objectif de ce grand rendez-vous des bouquinistes est d’inciter les jeunes à la lecture dans plusieurs domaines et permettre aux lecteurs marocains et étrangers d’acheter des livres intéressants à des prix abordables.

Si vous cherchez un livre rare ou êtes à la recherche de précieux bouquins à des prix abordables, faites un tour à Derb Sultan. Vous ne serez probablement pas déçus. Du 20 juillet au 8 août 2022, la place Bouchentouf, sise dans ce célèbre quartier populaire de Casablanca, accueille la 13e édition du Salon du livre usagé, un évènement qui effectue son retour après trois années d’absence due au Covid-19.

L’objectif de ce grand rendez-vous des bouquinistes casablancais et d’ailleurs est d’inciter les jeunes à la lecture dans plusieurs domaines tels que les sciences, l’histoire, la culture, la philosophie, l’économie, l’art, etc., et permettre aux lecteurs marocains et souvent européens d’acheter des livres intéressants à des prix abordables. Des bouquins rares prisés par des intellectuels et des chercheurs. «Nous avions pour l’habitude d’organiser ce salon au mois d’avril durant la saison printanière, mais à cause de la pandémie du Covid-19, nous avons dû reporter son organisation à plusieurs reprises, et cette année nous l’organisons en été», explique Youssef Bourra, bouquiniste et président de l’Association des libraires d’occasion de Casablanca.

Absence de soutien
Ce bouquiniste établi depuis 1987 au marché Koréa de Casablanca, grand passionné des livres d’occasion, essaye de redonner une nouvelle vie à ces ouvrages. En avril 2008, il a organisé la première édition de ce salon sous le thème «Le livre au service du développement ». Depuis lors, cet évènement connait un engouement grandissant. Pour preuve, pas moins de 600.000 ouvrages ont été proposés aux visiteurs par près de 60 exposants de Casablanca, Rabat, Settat, El Jadida, et Marrakech lors de la 12e édition, qui s’est déroulée en 2019.

Et d’après M. Bourra, 80 exposants venus de Casablanca, Marrakech, Berrechid, Khouribga, El Jadida, Settat et Errachidia participent cette année. Seul hic, l’absence de soutien financier du ministère de la Culture pour cette édition, dont le budget est estimé à 150.000 dirhams. «Nous avons contacté le ministère de la Culture, mais nous n’avons eu aucun retour pour le moment. Nous n’avons donc pas bénéficié de subvention», affirmet- il, contrairement aux trois précédentes éditions, qui ont bénéficié de subventions de 30.000 dirhams, sous les mandats des ministres Amine Sbihi et Mohamed Laârej. A l’en croire, le Maroc dispose d’un fonds documentaire de 1,5 million de livres usagés qu’il faut valoriser.

Présents dans plusieurs marchés et grandes artères de Casablanca, les bouquinistes peinent tout de même à vivre de leur métier, notamment à cause de la lecture encouragée par l’avènement de nombreux outils technologiques qui permettent de consulter des millions d’ouvrages en un clic. «Ce travail acharné n’est pas rétribué à sa juste valeur, comme en témoigne la situation sociale difficile des professionnels du livre d’occasion, qui s’est accentuée avec la pandémie de coronavirus», confirmait M. Bourra dans un entretien en mai 2022 avec la MAP. Il y révélait que cinq des meilleurs libraires ont été emporté par le coronavirus.

Pour rappel, lors d’un entretien accordé à Maroc Hebdo en 2015, ce dernier avait annoncé la construction d’un village du livre à Casablanca où seront rassemblés les bouquinistes de la métropole. Un projet qui n’a pas encore vu le jour et qui devrait permettre à ces derniers de quitter les baraques dans les marchés aux puces et attirer davantage les amoureux des livres rares.