10ème édition du Salon International des dattes

Le Maroc conforte sa position sur le marché internationale des dattes

C’est à plusieurs kilomètres du centre d’Erfoud, chef-lieu de la région d’Errachidia, que les chapiteaux du salon international des dattes ont été plantés. D’habitude, le salon était organisé à proximité du centre d’Erfoud. Mais pour des raisons de sécurité, les organisateurs ont décidé cette année de le déplacer un peu loin du centre urbain. Jeudi 24 octobre 2019, le ministre de l’agriculture et des pêches maritimes, Aziz Akhannouch, qui est arrivé à l’aéroport d’Errachdia, le même jour à bord de son jet privé en provenance d’Oslo, capitale de la Norvège, où il a participé à une réunion de travail avec son homologue norvégien, venait d’inaugurer, en grande pompe, la l0ème édition du Salon des dattes qui se tient jusqu’à dimanche 27 octobre 2019. Une ouverture qui a eu lieu en présence du Wali de la région de Draa Tafilalet, gouverneur de la province d’Errachidia. Etait également présent le directeur général de l’Agence nationale de développement des zones de l’Oasis et de l’Arganerie, Brahim Hafidi.
 En ligne avec les orientations de SM le Roi Mohammed VI, la dixième édition de ce rendez-vous agricole par excellence se tient sous le thème « le palmier dattier, levier de l’emploi et pilier de l’économie oasienne ». Pendant 4 jours, le salon entend souligner le rôle et le poids de la filière dans l’émergence d’une classe moyenne agricole. La création par la filière d’emplois à valeur ajoutée sera ainsi au cœur des discussions.
 Plusieurs mesures ont été ainsi mises en place pour mieux structurer la filière. Le Plan Maroc Vert a amené la professionnalisation de cette activité autrefois considérée comme mode de vie de la population oasienne. Aujourd’hui, l’ensemble des intervenants dans l’amont et l’aval de la production de dattes sont regroupés dans le cadre d’une interprofession. Un contrat programme, d’une enveloppe de 8 milliards de dhs a été signé entre l’Etat et cette interprofession sur la période 2010-2020 pour le développement de la filière et pour encadrer l’ensemble des actions menées pour son développement. Plusieurs objectifs de ce contrat-programme ont déjà été atteints, notamment en matière de plantations où l’objectif des 3 millions de pieds sera atteint d’ici la fin 2019, soit un an avant l’échéance.
 Au niveau de la production, le Maroc maintient sa place de 12ème plus grand producteur de dattes et conforte son positionnement avec une production prévisionnelle record de 143.000 T pour la campagne 2019-2020, en hausse de 41,3 %  par rapport à la campagne 2018-19.
Il est à souligner qu’une vraie montée en puissance de ces indicateurs est attendue pour 2022 avec l’entrée en production l’ensemble des palmiers plantés.
 Les réalisations dans le domaine de la valorisation sont aussi importantes, avec une capacité de conditionnement de près de 25 000 T, pour un objectif à terme de 30 000 T.
La filière du palmier dattier contribue aujourd’hui à hauteur de 60% dans la formation du revenu agricole au sein des oasis. Elle fournit 3,6 millions de journées de travail pour plus de 2 millions d’habitants.
 Le patrimoine phœnicicole national se caractérise en outre par une évolution croissante de la surface cultivée, qui a atteint 61 000 hectares cette année, contre 48 000 ha en 2010.
 Porteur de richesses et de potentiels, l’écosystème oasien bénéficie pleinement de l’activité phœnicicole, qui est aujourd’hui le principal pilier de son économie. Elle génère un chiffre d’affaire moyen annuel allant jusqu’à 2 milliards de dirhams et a procuré aux phoeniciculteurs une valeur ajoutée moyenne de 1,42 milliard de dirhams entre 2015 et 2018.
Parallèlement au salon international des dattes, M. Akhannouch s’est rendu dans la Palmeraie Traditionnelle, touchée par des incendies cet été, où il a effectué un point d’étape sur l’avancement du programme de nettoyage des touffes dans la zone. Plus de 1,3 million de touffes de palmiers dattiers ont bénéficié de cette opération, soit 75% du programme national de restructuration des palmeraies. M. Akhannouch a également assisté à la présentation d’un programme d’appui aux coopératives de service. Le projet prévoit la génération de plus de 337 000 journées de travail en faveur des jeunes et femmes du Draâ-Tafilalet, et permettra de favoriser la création d’environ plus d’un millier de coopératives d’ici fin 2020. Il est à souligner dans ce sens que le Plan Maroc Vert a fortement favorisé la création des coopératives dans le but d’encadrer les petits agriculteurs dans l’espace oasien permettant ainsi de passer de 1.128  au lancement du PMV en 2008 à près de 5.000 coopératives actuellement.


Laisser un commentaire

Merci de cocher cette case
X

Télécharger le magazine Maroc Hebdo

Télécharger