Plus de 10 500 entreprises ont fait faillite en 2021

Un tsunami économique aux répercussions sociales graves

La hausse des défaillances des entreprises s’explique en partie par des raisons conjoncturelles liées à la pandémie du Covid. A cela s’ajoute l’arrêt total ou partiel des aides généralisées de l’Etat aux entreprises souffrantes.

Le tissu économique national n’est pas encore bien rétabli de la crise du Covid. Les effets de la pandémie continuent, en effet, de peser lourdement sur l’état de santé des entreprises marocaines, en particulier les petites et moyennes entreprises. Selon une étude réalisée, en février 2022, par le cabinet marocain, Inforisk, le nombre des entreprises défaillantes au Maroc s’est établi à 10 556 en 2021. Un chiffre en hausse de 60% par rapport à l’année 2020 connue pour avoir été l’année de l’éclatement de la crise sanitaire avec toutes ses conséquences sur l’arrêt presque total de l’activité économique.

Par catégorie, 99% de ces défaillances concernent les très petites entreprises, alors que les petites et moyennes entreprises représentent 1%. Les experts d’Inforisk insèrent dans leur étude que ces défaillances ne constituent pas encore un véritable tsunami économique, mais seulement une forte vague susceptible de s’aggraver pendant les prochains mois.

Nombre effarant
La hausse des défaillances s’explique en partie par des raisons conjoncturelles, fait remarquer Inforisk, ajoutant que des entreprises notamment les petites et moyennes entreprises, ont particulièrement souffert en 2021, avec des baisses plus ou moins importantes de chiffre d’affaires, du fait d’une reprise partielle de leur activité avec la crise Covid débutée en 2020. Il s’agit également de l’arrêt des aides financières généralisées de l’État en 2020 dont on peut citer Damane Oxygène destiné aux PME et les indemnités forfaitaires de la CNSS. Ces aides maintenaient sous perfusion un certain nombre d’entreprises fragiles, qui sans elles, n’auraient pu passer le cap de 2020.

Entre 2009 et 2021, les défaillances d’entreprise ont passé de 2.541 à 10.556, marquant une hausse de 331%. Par ville, l’axe central Casablanca-Rabat-Kenitra a concentré 39% des défaillances, devant Tanger (8%), Marrakech (8%) et Rabat (7%). Par secteur d’activité, 33% des entreprises défaillantes opèrent dans le secteur du commerce, 21% dans l’immobilier, 15% dans le bâtiment et travaux publics (BTP) et 8% dans le transport.

Les activités les plus touchées sont les autres commerces de gros (19%), les intermédiaires du commerce du gros (12%) et les autres travaux de construction (10%). En 2021, pour une société défaillante, il y avait 5,5 sociétés créées. C’est ainsi que le cabinet Inforisk a recensé plus de 50 000 créations d’entreprises en 2021. Un chiffre plus qu’intéressant puisqu’il reflète le degré de la reprise économique dans le pays.

Mais là où les défaillances font peur, c’est au niveau des emplois perdus. Les estimations parlent de plus de 120 000 personnes qui ont perdu leur emploi en 2021 à cause de la fermeture de leurs entreprises. Un nombre effarant qui envenime sans aucun doute la crise sociale dans le pays.