BP swipe-970x250

ELIO DI RUPO: "La Wallonie espère que le Maroc viendra investir chez elle” ( vidéo)

ENTRETIEN AVEC ELIO DI RUPO, ministre-président de la Wallonie


Coopération Maroc-Belgique, MRE… Elio Di Rupo, le ministre-président de Wallonie et ancien Premier ministre belge, se confie à Maroc Hebdo, en marge de sa visite de travail au Maroc du 8 au 12 novembre.


 

Comment évaluez-vous les relations Maroc-Wallonie-Belgique?

Il faut savoir qu’en Belgique on a un système institutionnel très particulier. Les 3 régions du pays ont des compétences internationales. Pour les questions liées à l’économie ou à la distribution de l’énergie, nous sommes autonomes et avons notre propre diplomatie. C’est dans ce cadre que la Wallonie, qui est une entité fédérée de la Belgique, est liée par des accords de coopération avec le Maroc depuis 1999.

Cette coopération va se poursuivre avec un nouvel accord pour une période de cinq ans, dès l’année prochaine. Nous envisageons de travailler ensemble sur des questions telles que les énergies renouvelables, l’eau, la digitalisation mais aussi sur des questions sociales telles que l’autonomisation des femmes et des personnes qui n’ont pas pu aller à l’école, qui sont loin du marché du travail, et qu’on essaie d’aider et d’accompagner.

C’est donc un programme complet mais ce n’est pas une attitude de Wallonie vers le Maroc uniquement. La Wallonie espère que le Maroc viendra investir chez elle. Nous voulons que ce soit un travail de coopération et d’amitié où les liens bénéficient mutuellement à la fois au Maroc et à la Belgique, et plus singulièrement à la Wallonie.

Nous entendons en Belgique, et en particulier en Wallonie, être parmi le premier cercle d’amis coopérants du Maroc.


 Quid des relations du Maroc avec l’Union européenne?

Les relations sont optimales. Citons, à titre d’exemple, le partenariat vert signé en octobre dernier entre le Maroc et l’Union européenne en vue de promouvoir l’économie verte et bleue. D’ailleurs, pour l’UE dans son ensemble, le Maroc n’est pas seulement un pays en plein développement mais c’est aussi une porte d’entrée vers l’Afrique, notamment avec les pays de l’Afrique de l’ouest.

 

La Belgique accueille beaucoup de migrants marocains. Arrivent-ils à s’intégrer là-bas?

Il y a en effet près de 600.000 Marocains installés en Belgique. Ils sont là depuis un certain temps et sont aujourd’hui, pour plus de 80% d’entre eux, belgo-marocains. Parlant de migration, moi-même, j’ai beaucoup de sensibilités à ce sujet, vu que moi-même je suis fils de migrants italiens. Mes parents n’avaient pas les moyens pour subvenir aux besoins de leur famille. Chose qui me permet de comprendre le vécu et le passage des migrants, surtout de la migration forcée.

Quelle est la position de la Belgique sur le Sahara marocain?

La Wallonie soutient les efforts des Nations Unies pour une solution politique juste, durable et mutuellement acceptable à la question du Sahara, à travers la nécessaire négociation entre toutes les parties dans la recherche de solutions politiques.

Nous pensons que le plan marocain d’autonomie, présenté en 2007, constitue un effort sérieux et crédible du Royaume. C’est la position également de la ministre belge des Affaires étrangères, Hadja Lahbib l

Articles similaires