Dépêche
Accueil » Société » Zohour Alaoui élue présidente de la Conférence générale de l’Unesco

Zohour Alaoui élue présidente de la Conférence générale de l’Unesco

Une diplomate hors pair

L’élection de Mme Alaoui est un nouveau chapitre dans la carrière de cette grande diplomate au parcours particulièrement riche et singulier.

C’est une belle consécration pour Zohour Alaoui, ambassadrice déléguée permanente du Maroc auprès de l’Unesco. Cette grande diplomate marocaine a été élue, lundi 30 octobre 2017, à l’unanimité, présidente de la 39ème session de la Conférence générale de l’organisation onusienne. Son mandat s’étale, en effet, sur deux ans (2017- 2019).

Mme Alaoui est ainsi considérée comme la première femme arabe, africaine et musulmane à être portée à la tête de cet important organe de l’Unesco, qui détermine son orientation et sa ligne de conduite générale.

Une responsabilité onusienne
La Conférence générale a aussi comme attributions régaliennes l’adoption du programme et le budget de l’Unesco pour les deux prochaines années. Elle élit, par ailleurs, les membres du Conseil exécutif, qui procèdent, à leur tour, à l’élection pour quatre ans du directeur général de l’organisation.

D’aucuns pensent que l’élection de Zohour Alaoui permet au Maroc d’assurer, pour la première fois, la présidence de la Conférence générale de l’Unesco. Une responsabilité onusienne importante qui confirme, encore une fois, le rôle politique et diplomatique du Royaume sur la scène internationale.

«Je suis extrêmement fière de la reconnaissance de mes pairs à un moment où l’organisation connait un contexte difficile et extrêmement sensible et j’estime que cette consécration du Maroc est révélatrice de la dynamique positive de la diplomatie marocaine qui est en mouvement et qui s’active, sous l’impulsion des Hautes Orientations Royales», déclare Mme Alaoui. Elle ajoute «rien n’aurait été possible sans le leadership de S.M. le Roi, qui, de par son implication constante, réfléchie et stratégique, veille efficacement à positionner le Maroc et à lui faire occuper une place prépondérante sur la scène internationale». Mme Alaoui connaît l’Unesco à la perfection pour avoir représenté son pays en tant qu’ambassadrice déléguée depuis décembre 2011. Un poste diplomatique où elle s’est illustrée par sa détermination, son courage et son grand sens de la responsabilité.

Sur les traces de son père
Mme Alaoui est une diplomate de carrière, qui a passé plus de 30 ans au ministère des Affaires étrangères, où elle a gravi tous les échelons. Grâce à son sérieux, sa compétence et son amour indéfectible pour son pays, elle a pu s’imposer comme une figure incontournable de la diplomatie marocaine.

Il n’y a nul doute que Zohour Alaoui a bel et bien marché sur les traces de son père, Moulay Driss Alaoui, qui est l’un des diplomates marocains les plus éminents et les plus influents de sa génération. Ambassadeur à Libreville puis à Tripoli, Moulay Driss Alaoui a jeté les bases d’une diplomatie forte avec ces deux pays avec lesquels le Maroc entretient toujours des liens d’amitié solides.

Avant de rejoindre l’Unesco, elle a été ambassadrice en Suède entre janvier 2006 et décembre 2011. En 2009, elle a été nommée ambassadrice non résidente en République de Lettonie. Et ce, en plus de son poste à Stockholm. Au terme de sa mission diplomatique, cette mère de deux enfants a été distinguée Commandeur de la Grande Croix de l’Etoile Polaire par le Royaume de Suède.

Après avoir obtenu sa licence en sciences politiques à l’université Mohammed V de Rabat, elle est entrée au ministère en 1987 en tant que secrétaire des Affaires étrangères près de l’ambassade du Maroc à Washington. Elle va rester 5 ans dans la capitale fédérale américaine.

Une aubaine qu’elle saisit pour décrocher en 1992 un Master of Arts in Liberal Studies à la prestigieuse université Georgetown de Washington. Une manière d’étoffer sa formation académique pour des horizons professionnels meilleurs.

De retour au Maroc, elle est nommée chef de cabinet de Mohamed Allal Sinaceur, alors ministre des Affaires culturelles entre 1993 et 1995. Elle rejoint, plus tard, le ministère des Affaires étrangères et intègre la direction des Nations Unies et des organisations internationales. Une direction dont elle a réussi à prendre la tête entre 2003 et 2006 après une longue et riche expérience en son sein.

Honneur et efficacité
Elle a notamment été chef de service des organisations gouvernementales à caractère politique entre 1995 et 1997, puis chef de service de l’assemblée générale et du Conseil de sécurité entre 1997 et 1999. Par la suite, elle a été désignée à la tête de la division de l’organisation des Nations Unies entre 1999 et 2003.

La parfaite connaissance des arcanes de l’ONU et les subtils rouages de ses multiples organisations ont permis à Zohour Alaoui d’assurer avec honneur et efficacité la représentation diplomatique de son pays. Elle a ainsi présidé plusieurs sessions de l’ONU et a représenté le Maroc dans le cadre de nombreuses conférences internationales et régionales relatives à la sécurité et au désarmement, les droits de l’Homme et à la coopération régionale. Zohour Alaoui a été membre d’un grand nombre de comités, de commissions et autres organes subsidiaires du Conseil exécutif et de la Conférence générale de l’Unesco. Elle a également présidé le groupe arabe de l’Organisation entre 2012 et 2013 ainsi que plusieurs comités régionaux.

Avec son élection à la présidence de la Conférence générale de l’Unesco, c’est un nouveau chapitre qui s’ouvre dans la carrière de cette grande diplomate au parcours particulièrement riche et singulier.

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !