Dépêche
Accueil » Auto & Moto » ESSAI : YAMAHA MT-09

ESSAI : YAMAHA MT-09

Mise à la disposition des  clients Yamaha vers la fin  de 2013, la gamme MT a  bien évolué depuis et bien  d’autres déclinaisons ont vu le jour sur  la base des deux premiers nés (MT07 et  MT09). Proposant aujourd’hui une multitude  de modèles, de quoi satisfaire tous types de  motards, débutants ou même confirmés. On  retrouve en monocylindre, le MT125, destiné  principalement aux permis A1, en bicylindres,  il n’y a pas moins de trois modèles, MT03  et MT07, très agiles pour la ville ou encore  le Tracer 700 pour des trajets plus longs.  D’autres motorisations sont au catalogue,  avec des 3-cylindres, notamment notre  modèle d’essai, le MT 09, et sa déclinaison  baroudeuse Tracer 900, et, pour finir, un bon  MT10 à quatre cylindres crossplane est également proposé.

Le choix du MT09 pour l’essai s’est fait  naturellement, puisque ce dernier s’est vu  restylé et subi quelques modifications pour  être conforme à la norme Euro4.

Principales modifications
Première modification qui tape fort à l’oeil, c’est le nouveau feu à double optique Led  bien agressif, remplaçant l’ancien phare triste.  Nous retrouvons également un nouveau  support de plaque de série à ras de la roue ou  encore le feu arrière taillé en M rappelant celui  de la BMW S1000RR/R.

Après ce tour du proprio, on prend les  commandes de cette MT, et le premier réflexe  est celui d’analyser le compteur, qui est  toujours positionné à droite et pas au centre.  Malgré sa taille minimaliste, ce compteur  délivre un tas d’informations pratiques  (Température du moteur et celle de l’extérieur,  la consommation instantanée et moyenne ou  encore l’indicateur du rapport engagé).

Position de conduite
Juste quelques minutes sont nécessaires pour  s’y mettre et de se sentir chez soi malgré cette  position de conduite assez spéciale. Le dos  est bien droit grâce au guidon ramené vers le  pilote, quant aux jambes, elles sont repliées  de la même manière qu’un roadster sportif, ce  qui nous met dans une position plutôt hybride  entre le supermotard et le roadster sportif,  assez confortable pour la catégorie.

La maîtrise des 191 kgs se fait  naturellement en ville, même dans les  embouteillages. Qu’est ce qu’on est pour  les 115 chevaux?
Avant de parler du ressenti, il est à rappeler  que le fameux “MT” signifie “Master of Torque”  ou “Maître du Couple” pour les adeptes de la  langue de Molière. Et c’est vraiment le cas,  puisque dès que ce 3-Cylindres ronronne  et fait bouger ses pistons, on se rend bien  compte de sa puissance omniprésente et qu’il  n’est pas nécessaire de tirer fort pour être  servi. A bas comme à haut régime, la réponse  est toujours instantanée. Ce moteur de chez  Yamaha est toujours bien réussi, même après  les restrictions de la nouvelle norme Euro4,  c’est tout ce que l’on puisse dire.

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !