Dépêche
Accueil » Auto & Moto » La voiture autonome ne cesse d’évoluer

La voiture autonome ne cesse d’évoluer

Après la sortie de la nouvelle Audi A8

La voiture autonome, c’est un marché qui ne date pas de très longtemps, et qui, malgré tout, représentera pas moins de 515 milliards d’euros à l’horizon 2035.

On imaginait bien, il y a une vingtaine d’années, que l’automobile d’aujourd’hui emprunterait les cieux. Et pourtant la vision de l’industrie automobile est bien d’un autre avis. Deux grands projets sont parallèlement en cours d’évolution et d’évaluation.

Primo, le développement d’un moteur à source d’énergie alternative capable de remplacer le moteur thermique et secundo, la conduite autonome. Et c’est bien cette autonomie qui fait l’actualité ces derniers jours, surtout après la sortie de la nouvelle Audi A8 et son niveau 3 en conduite autonome, une première pour l’automobile à motorisation thermique. C’est un marché qui ne date pas de très longtemps, et qui, malgré tout, représentera pas moins de 515 milliards d’euros à l’horizon 2035, selon une étude du cabinet AT Kearney.

Technologie embarquée
Les constructeurs automobiles actuels n’en tireront qu’une partie, puisque de nouveaux acteurs sont déjà dans la course ou interviendront dans les quelques années à venir. On peut bien citer Apple et son projet de voiture électrique autonome, Bosch et ses 2.000 ingénieurs en cours de développement de systèmes autonomes, Google et puis Microsoft, qui, même si elle est en retard, compte clairement y participer.

Malgré l’évolution rapide que connaît le domaine, plusieurs facteurs font que la voiture totalement autonome n’existe toujours pas. D’un côté, le coût lourd de la recherche et développement et d’un autre, l’adaptation des lois et des responsabilités en cas d’accidents. L’organisation américaine SAE International a mis en place une grille d’évaluation de l’autonomie du véhicule s’étalant sur 6 niveau. Cette même grille fait figure de référence aussi bien pour les constructeurs que pour les gouvernements.

Ce classement se fait sur la base de la technologie embarquée sur chacun des véhicules. Allant du niveau 0, où le conducteur est maître du comportement de son automobile, en absence de toute assistance à la conduite. Ce n’est qu’à partir du niveau 1 qu’on parle d’autonomie relative et c’est le niveau de véhicules le plus répandu sur nos routes. Il inclut les voitures à assistance à l’accélération, au freinage et la direction, mais que le conducteur ne peut jamais laisser rouler seul. Ce n’est qu’à partir du 4ème niveau que le conducteur peut lâcher entièrement le volant sans se soucier de quoi que ce soit et que finalement il n’endosse aucune responsabilité en cas de pépin.

Encore non commercialisés, les véhicules à ce stade ne sont qu’en phases d’essai et on cite le prototype Google, qui a pu parcourir depuis 2009, plus de 3.200.000 kms dans les États de Californie, du Texas, de Washington et d’Arizona. La vision est claire et les quelques prochaines années dévoileront de nouvelles technologies certainement plus poussées.

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !