Dépêche
Accueil » Chronique » Vive la philosophie

Vive la philosophie

Driss Fahli

Pour convaincre de la  supériorité et de la pureté  de la race aryenne,  les tenants de l’Aryanisme  vont s’appuyer  sur des textes en provenance des  idées circonstancielles des penseurs  racialistes d’époque, comme  Arthur de Gobineau, Théodore  Poesche, ancêtres d’un Darwinisme  social orienté, voire même, pour les  adeptes du Nazisme, des citations  de Mein Kampf, d’Adolf Hitler luimême.

C’est ce qui est fait aujourd’hui par  le ministère de notre piètre Éducation  nationale à travers un manuel  scolaire censé éclairer nos enfants  sur les préceptes de la religion  musulmane.

Bien entendu, la similitude ne  concerne pas la primauté d’une  race quelconque sur une autre,  mais la prééminence de la foi sur la  philosophie.
Pour dénigrer cette dernière aux  yeux des bacheliers de l’enseignement  public, les auteurs du  manuel de l’éducation islamique  n’ont pas trouvé mieux que l’extrémisme  théologique d’Abou Amr  Outhmane ibn Salah Al Chahrazaoui  (577 – 643 de l’Hégire) pour dénigrer  la discipline de la philosophie  et présenter son activité comme un  ouvrage satanique.

Ce théologien ultra du Kurdistan,  versé dans l’étude du Hadit, qu’il  qualifie de «sciences» (Moquaddimat  ibn Salah fi ouloum al Hadith),  réserve à son ennemie éternelle la  Philosophie, les caractéristiques  suivantes: «c’est le fondement de  la folie et de la dégénérescence,  c’est un sujet de confusion et d’erreur  qui est motivé par la perversion  et le blasphème. Celui qui s’engage  dans la philosophie a été aveuglé  dans son aperçu des grands  aspects de la Charia attestés par  des évidences.»

Les auteurs du manuel scolaire,  convaincus des bienfaits de la  nécessité de l’aveuglement des  jeunes générations, complètent  la description en y ajoutant les  buchettes d’entretien de la pensée  unique de chez nous: «celui qui la  revêt n’aura qu’abandons et privations,  il sera envahi par Satan et  privera son coeur de la prophétie de  Mohammed.»

La grogne grandissante de la société  civile et de l’Association Marocaine  des Enseignants de Philosophie  n’y fait rien. Un communiqué  du ministère de l’Éducation nationale  écrit en langue de bois et publié  en cou d’autruche dans le sable, nie  toute contradiction entre la foi et  la philosophie dans ce manuel. Le  communiqué nous berne en spécifiant  que les manuels scolaires sont  écrits par des auteurs diversifiés  dans le respect absolu de l’équité  entre les matières et selon des  cahiers de charges spécifiques.  Le communiqué ne dit rien sur la  nature des élaborateurs des cahiers  de charges, ni sur celle des auteurs  des manuels de l’éducation islamique.  On ne sait pas s’ils sont  barbus ou imberbes.

Pourtant, les instructions royales  du 6 février 2016 à Laâyoune sur la  révision de l’enseignement religieux  et les réformes à entreprendre ont  été assez claires sur la suppression  des tares qui affectent les manuels  d’éducation religieuse telles que  les clichés ancestraux et obsolètes  réservés aux filles dans ces  manuels face à la prévalence des  garçons.

C’est à croire que ces instructions  n’ont pas trouvé auprès de concepteurs  et des nègres de l’écriture  scolaire les effets attendus. On  continue donc à alimenter l’interprétation  obscure de la chose  religieuse, sous je ne sais quelle  pression, en évoquant les vues  déformées de caciques d’époques  révolues.

De tout temps, la philosophie a  dépassé le dénigrement théologique.  Elle est questionnement et  réflexion sur l’existant face aux  normes métaphoriques et au cramponnement  institutionnel des coincés  de l’imagination. Vive la philosophie  et les philosophes

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !