Dépêche
Accueil » Culture » Une nouvelle médina dans la métropole

Une nouvelle médina dans la métropole

Conçu par les architectes Edmond Brion et Auguste Cadet dès 1918, le Quartier des Habous est devenu l’un des principaux centres de la ville nouvelle de Casablanca.

C’est toute une histoire de Casablanca qui est racontée dans ce beau livre sur le quartier des Habous. Ou du moins un pan important de cette histoire toujours vivante. Un quartier où la splendeur de l’art architectural éblouit les visiteurs et où les senteurs du musc, des épices et du thé à la menthe enveloppent le paysage. Conçu par les architectes Edmond Brion et Auguste Cadet dès 1918, réalisé et achevé, en 1956, à l’aube de l’indépendance du Maroc, le Quartier des Habous est devenu l’un des principaux centres de la ville nouvelle de Casablanca. «Pour en élaborer les plans et lui conférer l’esprit recherché, les deux architectes s’inspirent de l’une des spécificités historiques majeures de la culture vivante du Maroc : la médina. Elle constitue en effet l’archétype de la ville traditionnelle du Monde arabe, radicalement différent du modèle de la ville européenne», déclare à Maroc Hebdo Gislhaine Meffre.

Journaliste, docteur ès lettres et petite fille d’Edmond Brion, Mme Meffre, native de Casablanca, considère que le principal objectif de son livre est de révéler en détail l’originalité de ce remarquable ensemble urbain -en fait, une vraie «ville dans la ville»- en évoquant les circonstances et raisons de sa création, sa vie et son évolution depuis près d’un siècle. Cette recherche historique met en lumière une démarche créatrice très particulière en matière de conception de la ville au XXème siècle

Vitalité socio-économique
Ce quartier est aussi un chef-d’oeuvre de «contextualisme» culturel, en ce sens que ses architectes ont oeuvré au mieux, dès 1918, pour insérer leur création urbaine dans le contexte vivant de l’identité urbaine du Maroc. En effet, en tant que création ex-nihilo, ce quartier a généré dès le début de son édification, depuis une centaine d’années déjà, une vie urbaine intense, une vitalité socio-économique diversifiée et une forte attractivité due à son identité, à sa cohérence et à sa morphologie. «Autant de ferments indispensables pour doter un quartier nouveau de la plus rare des qualités: l’urbanité, une valeur essentielle bien représentée par les quartiers d’inspiration culturaliste comme celui-ci, une valeur très mal représentée par la civilisation urbaine moderne», précise le photographe Bernard Delgado.

Quand on sait que M. Delgado, diplômé en photographie en 1981 de l’université Saint- Charles de Marseille, exerçant en tant que photographe indépendant, est un Andalou d’origine, on comprend pourquoi il s’est épris de la beauté de certaines bâtisses du quartier des Habous, du zellige traditionnel blanc et bleu, des petits jardins fleuris, des minarets… Les photos illustrant le livre sont d’une beauté extraordinaire. Que ce soit celles des ruelles, des marchés, des édifices ou celles des personnages ayant donné leur témoignage…

Ce n’est pas le premier livre des deux auteurs sur le patrimoine architectural marocain. Il est le quatrième d’une série comportant Architecture marocaine du XXème siècle: Edmond Brion&Auguste Cadet, en novembre 2009, Un Urbanisme expérimental, Les villes nouvelles marocaines (1912-1965), en novembre 2012, et Le Patrimoine architectural de Bank Al-Maghrib, en octobre 2009. Pour ce dernier ouvrage, il importe de signaler que les premières agences de Bank Al Maghrib ont été l’oeuvre de MM. Brion et Cadet.
C’est dire la richesse architecturale depuis le protectorat jusqu’aux années 60 que les auteurs mettent en valeur dans leurs ouvrages.

Editions La Croisée des Chemins Mars 2018

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !