Dépêche
Accueil » Courrier » Un soldat tue un colonel et blesse huit militaires à Tunis

Un soldat tue un colonel et blesse huit militaires à Tunis

Ali Alaoui

Ali Alaoui

Il y a quelques années, je passais tous les week-ends de  la saison du printemps chez des amis à Tiflet. La maitresse  de maison, Amina, était enceinte d’un semestre.  Le soir, je la trouvais assise près de la cheminée, en  train de fredonner une berceuse pour son enfant qui  va naître. Après la naissance de son fils Amine, Mme  Boumehdi me disait que cette berceuse exerçait sur  son enfant un effet quasi magnifique, à tel point que  le bébé s’agitait en lui donnant des coups de pied. Mais  dès qu’elle chantait, le bébé se calmait.
Au fil du temps,  j’ai découvert qu’il se formait entre la mère et l’enfant,  immédiatement après la naissance, un attachement  inouï. Par bonheur, mes connaissances sont actuellement  confirmées par les recherches en physiologique  et en psychologique au sujet du foetus après le sixième  mois de sa conception. Selon les pédiatres, au sixième  mois, le bébé est sensible à la voix maternelle.

De nos jours, on sait également que les nouveau-nés  réagissent à la musique en mangeant davantage, en  dormant plus longtemps et en respirant mieux, voire  en pleurant moins. Suivant le Dr Chatel, obstétricien,  vivant à Salé depuis belle lurette, avait effectué une  étude portant sur 50 femmes pendant la grossesse  et l’accouchement, il en a conclu que l’attitude de  la maman a une importance primordiale sur ce que  sera l’enfant. D’après ses conclusions, il y a des mères  idéales qui désiraient les enfants, eurent des grossesses  sans difficulté, des accouchements faciles, sans opérations  césariennes et des bébés normaux. En revanche,  les mères catastrophiques qui n’avaient pas souhaité  leur enfant, formaient le groupe des naissances prématurées,  des opérations sous césariennes en présentant  des troubles des comportements tellement que le nourrisson  refusait le sein de sa maman laquelle avait voulu  avorter.
Évidemment, rien n’affecte profondément la  mère que les questions qu’elle se pose sur son mari  dont le soutien et l’appui sont radicalement essentiels  à son bien-être et naturellement à l’enfant.

A propos de marochebdo

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'une étoile *

*

 
NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !