Dépêche
Accueil » Economie » Un fonds d’amorçage de 50 millions de dollars

Un fonds d’amorçage de 50 millions de dollars

L’agroalimentaire attire des investisseurs étrangers (CREDIT PHOTO: DR)

L’agroalimentaire attire des investisseurs étrangers (CREDIT PHOTO: DR)

[quote font= »1″]INVESTISSEMENTS.  L’Association  marocaine des  investisseurs en capital  prévoit la création d’un  fonds d’amorçage de 50  millions de dollars initié  par la Banque mondiale,  au bénéfice des startups  marocaines.[/quote]

Chose promise, chose due.  C’est au début du second  semestre 2015 que le  fonds d’amorçage de 50  millions de dollars, financé et initié  par la Banque mondiale en  collaboration avec le ministère  des Finances et l’AMIC, va voir le  jour au Maroc, a déclaré Omar  Chikhaoui, président de l’Association  marocaine des investisseurs  en capital (AMIC) et PDG de Capital  Invest, le 25 mars 2015 à Casablanca,  lors de la présentation de  l’étude “Le capital investissement  au Maroc: activité, croissance et  performance 2014”.
Ce fonds est une première au  Maroc, selon le ministre de l’Économie  et des finances, Mohamed  Boussaid. Les 50 millions de dollars,  négociés auprès de la Banque  mondiale, permettront d’accompagner  les entreprises ayant  besoin de fonds propres et des  besoins techniques notamment  pour leur démarrage. L’annonce  de ce fonds a été faite en marge  du Sommet mondial de l’entrepreneuriat  (GES 2014), fin novembre 2014 à Marrakech.  L’émergence de ce fonds confirme  la confiance des investisseurs dans  la destination Maroc.
L’étude de l’Association marocaine  des investisseurs en capital révèle  qu’en 2014, 42 fonds transrégionaux  et nationaux, appartenant à  21 sociétés de gestion, ont investi  et réinvesti au Maroc 696 millions  de dirhams, soit 10 millions de  dirhams de plus qu’en 2013. Les  montants levés et investis au Maroc  restent évidemment inférieurs à  ceux enregistrés en Europe, mais les  rendements atteints au Maroc sont  exceptionnels.

Des placements en hausse
Pour leur refinancement, ces fonds  se tournent de moins en moins vers  les banques et les assurances, mais  plutôt vers les grands bailleurs de  fonds internationaux comme la BEI,  la BERD… Depuis 2011, ils représentent ainsi 60% des fonds levés,  contre seulement 25% de 2006 à  2010. Les investissements ciblent  principalement l’industrie et aux  transports. Une très faible part est  attribuée aux start-ups.
Seuls 7% des fonds investis au  Maroc depuis 2011 relèvent du capital-  risque et de l’amorçage.
Pour l’année 2015, l’AMIC prévoit un  maintien de l’évolution du rythme  des investissements, qui devront  atteindre 1,458 milliard de DH. Les  opérateurs, interrogés sur les pays  où ils comptent placer des fonds,  ont choisi le Maroc à hauteur de  30%, tandis que 26% ont opté pour  la Tunisie et 17% pour l’Afrique  subsaharienne. Par secteur, l’agroalimentaire  arrive en tête avec 15%,  suivi des services (12%), de l’énergie  (10%) et de la distribution (9%). Une  bonne nouvelle pour les petites et  moyennes entreprises.

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !