Dépêche
Accueil » A la une » Turquie: près de 4 mille fonctionnaires licenciés et plus de 700 réintégrés

Turquie: près de 4 mille fonctionnaires licenciés et plus de 700 réintégrés

Le présiden turc Recep Tayyip Erdogan © ph:AFP

Quelque 3.974 fonctionnaires ont été licenciés pour liens avec l’organisation de l’érudit Fethullah Gülen (FETO), accusé par les autorités turques d’avoir fomenté la tentative du putsch de juillet dernier.

Selon deux nouveaux décrets publiés dans le journal officiel, ces licenciements concernent des employés du parlement, de la Cour suprême, du Conseil supérieur électoral (YSK), du Conseil suprême des juges et procureurs (HSYK), de la Direction des affaires religieuses (Diyanet), des ministères de la justice, de l’énergie, de l’éducation et de l’intérieur, des militaires ainsi que d’autres institutions de l’Etat.

Ces licenciements ont notamment concerné 1.200 membres des forces armées, dont près de 600 officiers, quelque 1.127 fonctionnaires du département de la justice, 484 universitaires dont certains avaient signé la pétition « Académiciens pour la paix » critiquant les opérations de sécurité dans le sud-est, selon l’un des deux décrets qui exige, désormais, que tous les recteurs devront obtenir l’autorisation du Conseil de l’enseignement supérieur (YÖK) pour pouvoir se rendre à l’étranger.

Depuis la proclamation, le 21 juillet dernier, de l’état d’urgence prorogée depuis à trois reprises pour des périodes de 90 jours, les autorités ont lancé une vaste purge dans les rangs des partisans de Gülen visant principalement les forces armées avec plus de 118 généraux et amiraux limogés, la justice, l’enseignement, les médias mais également tous les départements ministériels.

Près de 120.000 personnes ont déjà été révoquées des différentes administrations et institutions de l’Etat mais également du secteur privé et de plus de 40 mille ont été arrêtés depuis.

De plus, dix-huit fondations, 14 associations et 13 organisations de santé soupçonnées de liens avec le mouvement Gülen ont été fermées alors que cinq associations précédemment fermées ont été rouvertes.

Cependant, le gouvernement a décidé de réintégrer 731 fonctionnaires licenciés de leurs emplois pour des liens suspects avec «un groupe terroriste accusé d’avoir tenté de renverser le gouvernement», selon les nouveaux décrets.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan avait promis de poursuivre la lutte contre les membres de FETO afin « d’épurer » toutes les institutions de l’Etat de ce « virus ».

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !