Trump dans la tourmente après ses propos sur les "pays de merde"



Donald Trump était dans la tourmente vendredi après avoir dénoncé lors d'une réunion à la Maison Blanche l'immigration en provenance de "pays de merde", des propos qu'il a partiellement contestés mais qui ont suscité une vague d'indignation à travers le monde.

C'est, comme souvent, via Twitter et à l'aube que le président américain a réagi à cette nouvelle polémique qu'il a créée de toutes pièces et qui le met en difficulté au moment où il tente de trouver un compromis au Congrès sur le dossier sensible de l'immigration.

"Le langage que j'ai utilisé lors de la réunion était dur mais ce ne sont pas les mots utilisés", a affirmé le milliardaire dans une formule ambiguë. Quelques minutes plus tard, le sénateur démocrate Dick Durbin, présent lors de la réunion, assurait pourtant que le président avait bien utilisé "plusieurs fois" l'expression de "pays de merde".

Sollicitée jeudi soir sur ces propos, la Maison Blanche n'avait pas contesté ou démenti. "Certaines personnalités politiques à Washington choisissent de se battre pour des pays étrangers, mais le président Trump se battra toujours pour le peuple américain", avait-elle simplement répondu par la voix de son porte-parole.

Le gouvernement haïtien a réagi vendredi en dénonçant des propos "odieux et abjects" qui, s'ils étaient avérés, seraient, à tous égards, "inacceptables car ils reflèteraient une vision simpliste et raciste".

En Afrique, colère et amertume dominaient. L'Union africaine a déploré des remarques de "blessantes".

Le Bostwana, qui a convoqué l'ambassadeur américain pour lui faire part de son mécontentement, a estimé que les remarques du président américain avaient porté un "coup" aux relations diplomatiques entre Washington et les pays africains.

De nombreux Africains ont partagé sur des réseaux sociaux des photos de gratte-ciels ou de paysages magnifiques de leurs pays, accompagnées du hashtag #shithole (le mot anglais utilisé par M. Trump).

Au coeur des débats de la réunion désormais célèbre de jeudi à la Maison Blanche: la régularisation de centaines de milliers de clandestins arrivés jeunes aux Etats-Unis, et dont le statut temporaire accordé sous Barack Obama a été supprimé en septembre.

©AFP


Laisser un commentaire