Dépêche
Accueil » Economie » TARIQ SIJILMASSI: « Nous proposons des offres assurant la jonction de l’amont agricole à l’aval agro-industriel »

TARIQ SIJILMASSI: « Nous proposons des offres assurant la jonction de l’amont agricole à l’aval agro-industriel »

Tariq Sijilmassi, président du Crédit Agricole

Son expertise avérée dans le monde rural et agricole mais aussi sa longue et profonde connaissance des spécificités et besoins du secteur de l’agroindustrie font du groupe Crédit Agricole du Maroc (GCAM) un allié des agriculteurs et des agro-industriels et le partenaire financier de référence du Plan Maroc Vert. Le point sur ses interventions multiples et sa contribution dans la coopération Sud-Sud avec Tariq Sijilmassi, président du GCAM.

Comment se présente votre participation à cette édition du SIAM, placée sous le thème de la logistique et les marchés agricoles?
Nous y participerons en force, à l’instar des autres éditions. Le SIAM est, pour nous, un rendez-vous incontournable pour lequel nous nous mobilisons grandement aussi bien à travers une forte participation commerciale et une présence accrue de l’ensemble de nos filiales et structures concernées qu’au programme scientifique ou d’animation.

Dans chacune des filières de l’agro-industrie, la logistique est un élément important dans la chaîne de valeur. Quelles sont les mesures d’accompagnement et de financement de ce maillon stratégique?
Pour assurer le bon fonctionnement des filières, il est nécessaire de maîtriser la chaîne de l’amont à l’aval, partant de l’approvisionnement, à la transformation et la commercialisation des produits.
Notre connaissance parfaite du secteur de l’agro-industrie et de ses acteurs nous permet, aujourd’hui, d’accompagner chaque maillon de manière ciblée et adaptée et de proposer des offres innovantes assurant la jonction de l’amont agricole à l’aval agro-industriel.
Ainsi, dans la nouvelle offre que nous avons mise en place pour accompagner le contrat-programme de l’industrie agroalimentaire et qui est structurée en packs par axe dudit contrat-programme, nous proposons également des crédits à moyen et long termes pour le renforcement des moyens logistiques (locaux d’entreposage, matériel roulant et divers équipements).
Par ailleurs, dans le cadre du programme d’aménagement des agropoles, qui ont pour objectif d’offrir un cadre approprié pour l’intégration de l’ensemble de la chaîne de valeur des filières agricoles, nous avons signé une convention de partenariat avec la société ONAPAR pour le financement de l’acquisition de lots de terrains à usage industriel, commercial et de services dans les agropoles.

Dans quelle mesure a été déployé le nouveau dispositif financier d’accompagnement des filières de l’agro-industrie?
Dans le cadre de ce nouveau dispositif, la banque accompagne l’agro-industrie par des crédits d’investissement et de fonctionnement tels que les avances sur marchandises pour l’acquisition des matières premières chez les producteurs, des préfinancements et des avances sur les incitations financières du FDA et une panoplie de produits à l’international à travers une plateforme moderne, performante et compétitive. Toutes nos structures de financement et d’accompagnement dédiées, notamment les centres d’affaire agriagro, et les agences Entreprises sont mobilisées pour servir la clientèle.

Dans le Plan Afak 2021 (Horizon 2021), l’accompagnement plus soutenu du Plan Maroc Vert et de l’agriculture est un axe stratégique qui se décline en plusieurs actions. Comment se traduit sur le terrain cet accompagnement soutenu?
Effectivement, le secteur agricole et le monde rural restent notre priorité et nous avons de grandes ambitions pour ce créneau avec des perspectives de développement prometteuses. La mise en place des axes stratégiques de notre plan Afak 2021 relatifs à l’agriculture est appuyée par une approche d’accompagnement de toutes les filières concernées, selon leurs spécificités, à travers une offre dédiée et un accompagnement renforcé du PMV (Piliers I et II) en exploitant l’expertise du GCAM et sa connaissance profonde des différentes filières de production et des nouvelles niches.

Nous veillons également à l’accompagnement de l’ensemble des activités économiques en milieu rural, à innover dans le financement du développement durable et déployer la finance solidaire, à apporter aussi de l’accompagnement non financier aux agriculteurs et acteurs du monde rural.
Notre force de vente oeuvre pour l’élargissement de la base clientèle grâce à la bancarisation du monde rural, et à instaurer une double relation commerciale avec les agriculteurs en combinant le financement de leurs activités professionnelles et de leurs besoins en tant que particuliers. Nous accompagnons tout cela par la digitalisation avec des solutions innovantes pour faciliter l’accès des populations aux nouvelles technologies.

Votre engagement en faveur de l’agriculture solidaire à travers votre filiale de microcrédit Tamwil El Fellah et la Fondation Ardi de Microcrédit est connu et reconnu. Quel bilan en faites-vous?
Le bilan est plus que positif. Tamwil El Fellah, dédiée aux petites et moyennes exploitations non bancables, et la Fondation Ardi de microcrédit, ciblant les activités génératrices dans les zones rurales enclavées, ont développé une grande expertise dans la finance solidaire. Elles apportent des solutions adaptées aux besoins réels des populations cibles dans l’objectif d’une performance sociale et une vison holistique du foyer rural.

Aujourd’hui, le modèle innovant et unique de Tamwil El Fellah, audité, validé et reconnu par plusieurs bailsleurs de fonds internationaux tels que la FAO et la Banque mondiale, est cité en référence dans des conférences internationales et fait l’objet de plusieurs demandes de la part de pays africains souhaitant l’adapter à leurs propres réalités. Ce sont donc des réalisations dont nous ne pouvons que nous féliciter.

Il y a à peine quelque mois, vous avez lancé l’activité d’Al Akhdar Bank, la banque participative du groupe. Pensez-vous que le financement participatif aura un succès dans le monde agricole et agro-industriel?
Le financement participatif contribuera à la bancarisation des populations et au développement économique de notre pays. Il jouera certainement un rôle pertinent en termes de création de richesses en permettant à une frange d’investisseurs, qui ne font pas recours aux financements classiques, de financer leurs projets. Notre filiale Al Akhdar Bank, à l’instar de la maison mère, a pour principale cible les agriculteurs, l’agrobusiness et les populations rurales avec une offre dédiée et variée.

Cette filiale bénéficiera de l’expertise et du soutien de toutes les entités du Groupe. Les banques sont, aujourd’hui, appelées à saisir les opportunités qu’offre ce nouveau système de financement et notre filiale jouera pleinement son rôle dans ce secteur avec une empreinte rurale très prononcée.

Votre modèle de financement de l’agriculture solidaire intéresse certains pays africains. A quel stade est arrivée votre coopération avec ces pays?
Les contraintes du secteur agricole sont quasi identiques dans tous les pays du continent et les problématiques liées au financement des petits producteurs sont aussi similaires et complexes. Aujourd’hui, le Groupe Crédit Agricole du Maroc (GCAM) participe à l’effort national pour la coopération Sud-Sud, en tant que partenaire financier de référence de l’Initiative pour l’Adaptation de l’Agriculture Africaine.

Le déploiement de la coopération Sud-Sud du GCAM vise le partage avec ses partenaires africains de son savoir-faire et de son expertise, de son modèle organisationnel et des process de ses divers pôles d’excellence.
Nous avons signé, à ce jour, 9 conventions de partenariat avec divers pays d’Afrique subsaharienne. L’objectif est de permettre à ces banques partenaires de développer des outils adaptés aux réalités propres à leurs pays respectifs et permettre ainsi l’inclusion financière de tous les entrepreneurs agricoles.

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !