Dépêche
Accueil » Société » Stéphane Vabre, Secrétaire général de l’Association pour le droit et la justice au Maroc

Stéphane Vabre, Secrétaire général de l’Association pour le droit et la justice au Maroc

Stéphane Vabre, Secrétaire général de l’Association pour le droit et la justice au Maroc (ADJM)

Stéphane Vabre, Secrétaire général de l’Association pour le droit et la justice au Maroc (ADJM)

“Les procès de spoliation immobilière n’aboutissent pas”

INTERVIEW. Un an après la création de l’ADJM, basée en France, des Marocains juifs, MRE, Français, et autres ressortissants européens dénoncent une mafia de spoliation des biens immobiliers.

Maroc Hebdo: Vous dites que  vos requêtes pour la défense des  victimes de spoliation immobilière  au Maroc n’ont pas abouti.  Pourquoi?  Stéphane Vabre:
De toutes les  régions du Maroc d’où nous recevons  des dossiers, les faits décrits sont  toujours les mêmes. Les dossiers sont  englués par tous les artifices possibles  afin de démoraliser, intimider en  faisant savoir à la victime que les  «relations» permettent au puissant  de disposer de la loi à sa guise.  C’est une guerre psychologique.  L’éloignement géographique des  MRE est le pire pour eux, car bien  souvent trahis par leurs avocats  ils n’ont plus aucune maîtrise des  choses, et dépensent leur argent en  “provisions d’honoraires” qui dans un  cadre normal est tout à fait logique,  mais devient une escroquerie lorsque  l’avocat prend l’argent et conseille  mal son client quand celui-ci arrive à  obtenir un rendez-vous.

Quelles sont les défaillances et  les anomalies constatées lors  des procès engagés par votre  association?  Stéphane Vabre:
Les anomalies les  plus graves, par exemple, alors que  des connexions évidentes seraient  à faire entre certaines personnes  impliquées dans des dossiers de  spoliation et d’autres avec des  dénominateurs communs, les  magistrats n’instruisent pas en ce  sens. Pourquoi?  Autre exemple, des gens  apparaissant sur certains titres  dont on sait qu’ils sont sujets  à caution et même carrément  spoliés, ces personnes ne sont  même pas entendus et encore  moins inquiétées. Parfois des  interdictions de sortie du territoire  ne sont qu’une formalité que l’on  peut déjouer sans encombre, la liste  est longue.

Combien de victimes comptezvous  à ce jour?  Stéphane Vabre:
Actuellement  nous avons 123 dossiers et  beaucoup sont en étude de la part  des avocats car il faut tout reprendre  à zéro avant de pouvoir donner un  conseil avisé, car bien souvent les plaignants ont été volontairement  mal dirigés, par exemple plainte  au civil alors que c’est du pénal, et  là encore une fois on perd temps,  argent et santé.  Plusieurs associations veulent se  joindre à l’ADJM, notamment de  Belgique, et des Pays-Bas et une en  Espagne, le phénomène est croissant.

Pouvez-vous nous citer des cas  concrets avec des noms?  Stéphane Vabre:
Des cas comme  le dossier Thuillier dans lequel les  plaignants sont certains que le  véritable assassin n’est pas celui  qui est aujourd’hui en prison. Le  cas de la famille Ranieri, à qui on a  spolié la maison familiale, le dossier  de M. Benitah qui à ce jour n’a pas  récupéré ses biens, le dossier Garcia  aux circonstances extrêmement  louches dans la façon ou il a été  traité, Mme Jmia Gaja toujours pas  chez elle, Kimia Fayçal, qui continue  à se débattre après des années, San  Victor, qui après soixante ans de lutte  a été spoliée à la fin une deuxième  fois par son propre avocat, à ce  jour nul n’a retrouvé ses biens! Il y  a aussi des dossiers humainement  dramatiques comme ce coiffeur qui  a été spolié du salon que son père  âgé et aujourd’hui sans ressource  a exploité pendant quarante ans  avant lui et qui était la seule source  de revenu familial, ou encore cette  famille franco-marocaine dont un des  membres vivant au Maroc veut les  priver des biens de leurs père décédé  avec des méthodes pressantes  d’intimidation par sa maîtrise locale  des notables de sa région.

Propos recueillis par Marouane Kabbaj

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !