Dépêche
Accueil » Economie » Standard & Poor’s révise ses projections à la hausse pour l’économie marocaine

Standard & Poor’s révise ses projections à la hausse pour l’économie marocaine

Innover ou périr

Si l’économie marocaine est promise à une reprise imminente, l’agence de notation américaine relève, néanmoins, beaucoup de failles. Notamment une dépendance forte à l’agriculture.

L’économie marocaine émet des signaux encourageants. C’est la principale conclusion d’un récent rapport de l’agence de notation américaine Standard and Poor’s, dévoilé le lundi 16 octobre 2017. Selon les experts de l’agence, le Maroc sera bientôt aux portes d’une embellie économique. En effet, en tournant le dos à une année 2016 très compliquée sur le plan agricole, le Maroc devrait connaître une accélération de la croissance du PIB réel de l’ordre de 4,5% en 2017.

La perspective est donc stable pour les deux années à venir. Et Standard & Poor’s dit pouvoir revoir sa notation à la hausse, à condition que le pays parvienne à améliorer sa compétitivité et ses capacités à supporter les chocs macro-économiques extérieurs et si sa stratégie de diversification de l’économie se traduit par une croissance qui profite au plus grand nombre. Cependant, l’agence relève un produit intérieur brut par habitant inférieur à celui de pays assortis de notes comparables, une dépendance économique forte à l’agriculture et d’importants besoins sociaux. La résilience du secteur agricole impacte fortement la croissance économique. D’après ce nouveau rapport, les autorités marocaines vont très certainement poursuivre leurs efforts en faveur de la consolidation budgétaire et prendre les mesures visant à soutenir la croissance, tout en évoluant graduellement vers un régime de change plus flexible à moyen terme.

Demande extérieure
Dans ce sens, S&P prévoit que la croissance du PIB réel va s’accélérer pour atteindre 4,5% en 2017. Ce taux s’explique par un accroissement significatif de la production agricole à partir de sa faible base de départ de 2016. Conséquence: les taux de croissance ont atteint 3,8% et 4,2% en glissement annuel au premier et au second trimestre 2017. Cette tendance va perdurer sur tout le reste de l’année. En outre, l’activité non-agricole va continuer à connaître une expansion modérée, en ligne avec la trajectoire de 2016, essentiellement grâce à la contribution des secteurs de l’automobile et du tourisme. Les experts de Standard & Poor’s estiment que la croissance du PIB réel avoisinera les 4% en 2017-2020, à condition que le secteur agricole conserve son élan, et que l’environnement des affaires ainsi que la demande extérieure demeurent largement favorables à un relèvement graduel de l’activité non agricole.

Pour l’agence américaine, le secteur agricole était auparavant très volatile. Il représentait environ 13% du PIB et 40% du total des emplois en 2016. Mais, les autorités ont, néanmoins, réussi à retourner la situation en peu de temps face à des mauvaises conditions météorologiques de ces dernières années.
Comment? Le gouvernement avait enclenché la modernisation et la diversification agricoles à travers le fameux Plan Maroc Vert. Une stratégie agricole innovante saluée par Standard & Poor’s, qui appelle à moderniser également les autres filières économiques du pays.

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !