Dépêche
Accueil » Culture » « Saint-Exupéry, une aventure marocaine », de Frédéric Coconnier

« Saint-Exupéry, une aventure marocaine », de Frédéric Coconnier

Frédéric Coconnier raconte une grande aventure personnelle, avec un mythe mâtiné de romantisme.

Antoine de Saint-Exupéry, c’est une vie, une aventure, une légende mais aussi un destin. Au commencement, une rencontre, plutôt un choc d’ailleurs, sur son premier séjour en terre marocaine, à Cap Juby (aujourd’hui Tarfaya). C’était en 1927-28, alors qu’il venait d’y être nommé chef d’aéroplace. Lui qui évoluait dans des cercles très parisiens, artistiques et littéraires, le voilà qui déprime, avec amertume et nostalgie, seul, «au fond d’une baraque pourrie», chef de poste n’ayant pour office que d’attendre, attendre le passage d’avions. Que faire? Se replonger en lui-même, s’employer à aller au plus profond de lui-même et à y trouver la poésie comme refuge et comme salut. Un jeu de miroir en somme, l’introspection et le regard qu’il a alors porté sur lui-même le projetant au-delà pour le pousser à regarder ailleurs, du côté de l’écriture, donc vers l’universel. L’aventure dans le ciel commence alors: elle jaillit, éclot et rebondit d’aventures en aventures. Il sera aviateur, la passion de sa vie, jusqu’à son dernier vol fatal en 1944.

Avec le Maroc, découvert en 1921, ce sera une histoire particulière. C’est la médina de Casablanca ainsi que le bled qui le marquent, le chatoiement des couleurs s’apparentant à ses yeux à un spectacle féérique.

Des émotions sans doute mais c’est son travail de pilote qui le passionne. De retour en France en février 1922, la réadaptation est difficile malgré son brevet de pilote, il faudra attendre quatre années avant que son destin s’ouvre devant lui avec son recrutement par l’Aéropostale à Toulouse, chargée de l’acheminement du courrier vers le Sud, Alicante puis… le Maroc. Une grande aventure personnelle, avec un mythe mâtiné de romantisme nourri par d’autres tout aussi passionnés que lui, tels Mermoz ou Guillaumet.

A Cap Juby, entre deux mondes –le désert et l’Atlantique– voilà Saint-Exupéry qui s’attelle à son premier roman, Courrier Sud, relatant l’histoire imaginée d’un Petit Prince, d’une autre planète: «Dessine-moi un mouton…». Face à lui-même, dans le silence et la solitude, «Saint-Ex» se révèle tel qu’en lui-même; l’étreint et l’enveloppe une «musique intérieure qui, à certaines heures, chante au plus profond de nous-mêmes et nous aide à nous oublier chez les chimères». L’existence et la poésie. Suit la consécration littéraire avec le prix Femina décerné à son livre Vol de nuit, en 1931.

Tout cela, Frédéric Coconnier le raconte dans un récit romancé servi par un talent d’écriture jusqu’à la disparition de cet aviateur de légende, à la fin juillet 1944, en plein ciel, près de Marseille. Il nous livre là un prisme inédit plongeant au plus profond d’un référentiel authentique : celui des valeurs de l’humanisme.

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !