Dépêche
Accueil » Société » Le Rotary international tient son 1er Sommet africain à Marrakech

Le Rotary international tient son 1er Sommet africain à Marrakech

Un succès éclatant

Présidée par le président international du Rotary, Ian Riseley, cette première rencontre africaine du Rotary a tenu toutes ses promesses en termes d’organisation et de thèmes débattus.

Au-delà de toutes les attentes, le 1er Sommet africain du Rotary international, qui s’est tenu du 27 au 29 mars 2018 à Marrakech, a été, à bien des égards, un succès retentissant. En plus des 700 participants, dont des décideurs et des personnalités de grande influence de 50 pays africains mais aussi d’Australie, d’Amérique, d’Europe et d’Asie, ce sommet a tenu toutes ses promesses, notamment en ce qui a trait à la capacité de du Royaume à organiser des événements de cette envergure, de surcroît quand il s’agit de la première fois sur terre africaine. «Le Haut patronage de S.M. le Roi Mohammed VI, Président d’honneur du Rotary au Maroc, montre l’implication royale pour le développement durable non seulement au Maroc mais aussi dans tout le continent africain, du fait que la vision royale vise le leadership et le rayonnement de l’Afrique», explique Ahmed Benmejdoub, coordinateur du Sommet africain.

Développement durable
Le président du Rotary international, Ian Riseley, a souligné l’empreinte des actions des districts africains et rotariens africains sur l’Afrique et leur impact réel sur la vague de développement durable qui emporte le continent africain. Il a cité les projets visant l’éradication de la maladie de la poliomyélite, action qui a permis de détecter d’autres maladies comme la fièvre jaune, ebola… Il a également cité des actions de développement durable dont la fréquence devrait être accélérée. Evoquant aussi l’importance de l’organisation de ce somme en terre africaine, M. Riseley a déclaré qu’il ne manquerait pas de recommander à son successeur, vu le succès d’organisation de ce Sommet, d’organiser la prochaine journée mondiale du Rotary au Maroc.

«Nous avons choisi ce thème pour rester dans le sillage de ce que fait le Maroc qui est en avantgarde en matière de prise de conscience et d’engagement dans la voie du développement durable. Pour cela nous avons invité de grands spécialistes de développement durable tels Claude Villeneuve et Touano Kiri. Nous avons aussi traité de l’avenir du Rotary en Afrique et du rôle que les rotariens africains, à travers des actions communes, peuvent et doivent jouer en tant qu’acteur de la société civile mais aussi pour concevoir et construire une stratégie durable et fixer une vision de ce que sera le Rotary africain de demain», a souligné Dr Abdelilah Lahlali, Gouverneur du District maghrébin 9010 (qui regroupe le Maroc, l’Algérie, la Mauritanie et la Tunisie), dans son allocution.

Pour sa part, le past-gouverneur du district 9010, l’Algérien Abdelkader Boutaleb, a souligné que ce sommet, le premier du genre, va mobiliser les rotariens africains et notamment maghrébins sur l’importance de redoubler les efforts pour la protection de l’environnement et pour un développement durable qui n’hypothèque pas l’avenir de notre continent. Même son de cloche pour le Mauritanien Mine Ouled Abdallah, et pour le Tunisien Habib Bannour tous deux past-gouverneurs du district maghrébin, qui n’ont pas manqué de souligner l’importance d’une mobilisation pour offrir aux générations futures un environnement de paix.

Dimension environnement
Lors de ce sommet, pour la première fois en Afrique, a été lancée une formation sur «l’Analyse Systémique de Développement», portant sur l’utilisation des outils permettant d’opérationnaliser le Programme de développement durable à l’horizon 2030 adopté par l’Assemblée générale des Nations Unies. Une formation qui profitera à une vingtaine de candidats sélectionnés venant du Maroc et de plusieurs pays de l’Afrique francophone. L’expert international Claude Villeneuve a confié, dans cette lignée, que si «l’Afrique veut assurer un avenir meilleur pour nos enfants, il faudra qu’elle développe des compétences en développement durable et en outils d’analyse systémique de durabilité».

Intervenant lors de ce Sommet, le président de la COP22 et ancien ministre des Affaires étrangères, Salaheddine Mezouar, a souligné que le développement durable est un facteur de paix en Afrique et que l’immigration climatique est liée aux changements du climat. «Dans 10 à 15 ans, plusieurs petites îles et petits Etats vont être submergés par l’eau de mer, ce qui va pousser des populations à se déplacer. D’où l’importance de ce sommet qui parle des défis du développement durable et qui vient sensibiliser sur l’importance d’agir maintenant et en urgence à l’ère de la nouvelle économie. L’Afrique est un continent plein de potentiel. L’accélération démographique dans le continent africain fait que 200 millions vont rejoindre les villes en 2035 en majorité des jeunes. C’est un défi pour les gouvernements qui devront intégrer la dimension environnement et développement durable dans leurs stratégies. Le Rotary, engagée telle que je la connais, peut beaucoup apporter et doit agir à travers plus d’initiatives», a-t-il ajouté.

Politiques sectorielles
Rajae Chafil, directrice de l’observation, des études et de la planification au ministère de l’Environnement, a exposé la stratégie nationale de développement durable et ses défis, notamment la convergence des politiques sectorielles et la transition vers le développement durable, soulignant que le coût de dégradation de l’environnement a baissé de 2000 à 2014, passant de 590 dirhams/personne à 450 Dh/personne. Par ailleurs, et en marge de ce Sommet Africain du Rotary, se sont déroulés, jeudi 29 mars, les travaux du «forum des jeunes entrepreneurs africains», qui a eu le mérite d’échanger autour des moyens pour fructifier les partenariats inter- africains au profit du continent.

Fait important qui a marqué la cérémonie d’ouverture de cet événement d’envergure international: un hommage émouvant a été rendu au doyen des rotariens, en l’occurrence l’ancien directeur central du Rotary International, le Marocain Mohamed Benmejdoub, qui a passé 60 ans au service du Rotary.

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !