Dépêche
Accueil » High Tech » Reda Cherqaoui lance une start-up de sécurité informatique en France

Reda Cherqaoui lance une start-up de sécurité informatique en France

PROFIL. A seulement 28 ans, Reda Cherqaoui implante une start-up technologique en France. Un rêve qu’il concrétise grâce à l’appui de l’Etat français.

Le jeune expert en sécurité  informatique Reda  Cherqaoui a bien pris des  ailes. Il figure parmi 70  génies informaticiens venus des  quatre coins du monde dont des  projets ont été sélectionnés par le  French Tech Ticket, un programme  lancé en France pour encourager  des start-ups étrangères. Inspiré  d’une expérience chilienne, le programme  français est tellement stratégique  pour la France que son  parrainage est assuré par l’Elysée.  Et c’est bien le Chef de l’Etat, François  Hollande, qui a présidé, le 16 janvier 2017,  la cérémonie de réception des candidats  retenus, dont fait partie Reda Cherqaoui.  «Un honneur et un immense privilège  pour moi», estime ce fils de magistrat, né  à Casablanca en 1989. Benjamin d’une  famille qui compte trois enfants, Reda  se porte candidat dans ce programme  à travers son projet BugLab, une plateforme  électronique qui met en relation les  entreprises et les chercheurs en sécurité  informatique. «L’avantage de ce projet,  c’est que l’entreprise peut avoir accès à  plusieurs chercheurs en sécurité informatique  qui travaillent sur les failles que peut  présenter le système d’information de cette  entreprise», explique Reda.

Pour une aide publique française de 57.000  euros et un accompagnement assuré par  l’Etat français, auxquels s’ajoutent ses  modestes fonds propres, M. Cherqaoui  estime être bien outillé pour démarrer son  projet à Rennes, où il compte s’installer  dans un premier temps.

Un coup de maitre technologique
Avant d’envisager un déménagement  vers Paris dans maximum deux ans. La  phase de développement du projet, Reda  compte la financer grâce à un recours à  des «business angels», ces investisseurs  français et américains qui acceptent non  seulement un apport en fonds propres mais  également un apport en expertise et en  accompagnement.

Si ce jeune lauréat de l’École marocaine  des sciences de l’ingénieur a  réussi ce coup de maître technologique  à l’étranger, c’est grâce à  sa ténacité, sa détermination, son  génie et sa grande capacité de travail.  Depuis son jeune âge, 15 ans,  Reda se passionne énormément  pour l’informatique.

Il commence alors à créer ses  propres sites et engrange de  l’argent par la publicité en ligne  en utilisant Google AdSense, un  programme gratuit qui permet aux  éditeurs internet de générer des  revenus en diffusant des annonces  ciblées sur une large gamme de  supports web. Dès 2007, il crée sa  propre société, Viventic communications,  spécialisée en création de  sites web, en événementiel mais  également en sécurité informatique.

Opérant à domicile, il réussit  à décrocher quelques marchés  importants.  Mais c’est en 2011 que Reda  Cherqaoui se fera connaître brillamment  dans le monde de l’informatique.  Il crée un logiciel qu’il baptise  Agatha et dont la particularité est d’ouvrir  un accès à l’intégralité des informations  des membres de Facebook, préalablement  piégés. En l’espace de quelques semaines,  il arrive à avoir les informations de profil, le  statut, les photos et même la messagerie  privée de 80.000 utilisateurs du réseau  social.

Il rend alors l’information publique  sans pour autant donner accès à son logiciel,  par crainte d’un usage malveillant, pour  que les concepteurs de Facebook puissent  corriger la faille.  Le moins que l’on puisse dire, avec son  projet français BugLab, Reda Cherqaoui est  aujourd’hui promis à un très bel avenir dans  le domaine de la sécurité informatique

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !