Dépêche
Accueil » Economie » Rapprochement entre le Maroc et la Chine sur le plan économique

Rapprochement entre le Maroc et la Chine sur le plan économique

Crédit photo : DR

Crédit photo : DR

Vers un partenariat win-win

[quote font= »1″]Échange. Le Maroc  est dans le collimateur  économique de la Chine.  Plusieurs actualités  qui se sont succédé ces  derniers jours montrent  un gain d’intérêt du géant  économique pour le  royaume.[/quote]

Les officiels chinois multiplient  les visites de prospection  dans diverses villes et régions  marocaines. Lundi 13 avril 2015,  l’ambassadeur de Chine au Maroc  rendait visite à la zone franche de  Tanger, à la tête d’une délégation  d’une trentaine de membres, dont  des opérateurs économiques et  des banquiers. Le jour suivant,  Une autre délégation, comprenant  une trentaine de directeurs de  sociétés opérant dans les secteurs  de l’ingénierie, de l’industrie, de  la mécanique et de l’électricité, et des représentants de banques  spécialisées dans le financement  de projets industriels, ainsi que  l’ambassadeur de Chine à Rabat et le  président de l’Association des hommes  d’affaires chinois au Maroc, effectuait  une visite dans la ville de Kénitra,  en vue d’explorer les opportunités  d’investissement qu’offre la région  Gharb-Chrarda-Beni Hssen.
Les deux pays sont bien partis  pour gagner le pari de structurer  leurs relations. Selon Khalid  Benali, économiste, «les échanges  commerciaux entre le Maroc et la  Chine ont connu une progression  fulgurante ces trois dernières années,  mais les liens se tissent essentiellement  entre les acteurs économiques privés  des deux côtés». Il est désormais  impératif d’imposer un nombre  de règles pour régir l’importation  de produits chinois, qui se fait  actuellement par les importateurs  marocains privés sans passer par les  instances officielles marocaines.
M.  Benali propose dans ce sens, une charte commune entre les deux  pays pour maîtriser ces échanges.  Egalement, le Maroc devra protéger  sa compétitivité économique, face à  la forte pression chinoise qui touche  plusieurs secteurs de productions,  dont même l’artisanat. D’autant plus  que le désir des Chinois de conclure  un accord de libre-échange avec le  Maroc doit être conditionné par le  renforcement du tissu économique  et industriel marocain.

Pont vers l’Afrique
Entre une Maroc qui s’impose de plus  en plus en Afrique, notamment sur le  plan économique, et une Chine qui a  fait de ce contient une cible de choix  pour investir et s’approvisionner en  matières premières, une coopération  économique de taille peut naître.  Selon M. Benali, le Maroc a réalisé  plusieurs projets économiques  diversifiés et stratégiques susceptibles  d’attirer les investisseurs étrangers,  et particulièrement chinois. «Casa  Finance city, développement accru  de filières industrielles haut de  gamme comme l’aéronautique  et l’automobile, ainsi que la  multiplication des visites royales  en Afrique, sont tous des éléments  qui font que le Maroc dispose des  plateformes et outils capables de  faciliter toute action économique en  Afrique», explique-t-il.
D’ailleurs, la visite à Tanger était  l’occasion de lancer, par le Groupe  Shandong Shangang, d’un important  projet de fabrication de produits en  acier, destiné à l’export vers l’Europe  et l’Afrique et pour un investissement  global de 150 millions de dollars.  Mais le Maroc accuse encore un  retard, puisque il a fallu juillet 2014  pour assister à l’implantation du  premier investissement industriel  privé chinois au Maroc.

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !