Dépêche
Accueil » Société » Qu’en est-il du centre d’oncologie d’Al Hoceima?

Qu’en est-il du centre d’oncologie d’Al Hoceima?

Ilyas El Omari visite le centre d’oncologie de Al Hoceima. Lundi 12 juin 2017 – ©ph:DR

Ilyas Elomari accuse El El Houcine Louardi

Entre le ministère de la Santé qui affirme que le centre d’oncologie d’Al Hoceima est parfaitement équipé et la région qui dément, les Marocains ne savent plus qui croire.

Y a-t-il, enfin, un centre régional d’oncologie à Al Hoceima? On ne sait plus, en effet, qui croire du ministre de la Santé, El Houcine Louardi, qui affirme que oui, des habitants de la ville qui lui opposent un non catégorique et de la présidence de la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima qui, elle, a une réponse plus nuancée, “p’têt ben qu’oui, p’têt ben qu’non”. Car si tout le monde est d’accord que l’édifice existe et qu’il est terminé depuis 2008, la question de savoir s’il est jamais entré en fonction, elle, divise.

Voici d’abord ce qu’en a dit M. Louardi dans un entretien publié le 7 juin 2017 par le journal électronique Médias24: “Ce centre (…) n’a jamais arrêté de fonctionner pour les malades d’Al Hoceima ou de toute la région. Dès l’ouverture, il disposait de tous les équipements requis comme un accélérateur avec une source de cobalt pour la radiothérapie ainsi qu’un simulateur permettant de localiser les tumeurs à traiter”. Et d’ajouter que “dix médecins spécialisés en chimiothérapie ou en radiothérapie et un personnel paramédical nombreux y exercent sans relâche leur métier pour soulager les patients.”

Le président de la région, Ilyas Elomari, n’en dit pas moins. “Il y a les médecins”, a-t-il déclaré lors de son intervention, le mardi 13 juin 2017, à l’émission “Dayf Al Aoula” sur la chaîne Al Aoula, au lendemain d’une visite qu’il a effectuée au centre. Mais là où M. Louardi affirme que le centre est parfaitement équipé et qu’il lui manque seulement la bombe au cobalt de l’appareil de radiothérapie, M. Elomari, lui, prétend le contraire; d’autant plus que la convention qu’il avait signée, début 2016, avec le ministère de la Santé à travers laquelle sa région s’engageait à financer à hauteur de 12 millions de dirhams l’achat d’un scanner 3D, le recrutement d’un physicien pour faire fonctionner ledit scanner, l’équipement du bloc opératoire et l’achat d’un ascenseur n’a jamais été mise en œuvre.

“P’têt ben qu’oui, p’têt ben qu’non”
À cet égard, M. Elomari a annoncé que le Parti authenticité et modernité (PAM), dont il est le secrétaire général, avait initié une commission au niveau de la chambre des représentants, chambre basse du parlement, pour enquêter, avec comme objectif de traduire devant la justice les responsables. “Ce sera une bonne chose, a-til déclaré. Un ministre sera arrêté, ce sera une première dans notre pays.”

Pour sa part, si M. Louardi a reconnu que la région de Tanger-Tétouan-Al Hoceima lui avait bien viré de l’argent, il a expliqué n’avoir pas pu l’utiliser non parce qu’il ne le voulait pas mais parce qu’il n’y avait pas été autorisé par le ministère de l’Économie et des Finances.

En effet, la loi interdit à un ministère de recevoir de l’argent d’une subdivision administrative. Ce n’est qu’en avril 2017, après qu’il ait été proposé à M. Elomari de passer par l’Agence pour la promotion et le développement du Nord (APDN), que les 12 MDH auraient enfin été mis à sa disposition.

“Que cherche monsieur El Omari, pense-t-il qu’en un mois, nous pouvons passer commande du scanner 3D et être livrés de l’étranger si vite?”, a accusé M. Louardi. Le rapport de la commission parlementaire mise en place par le PAM devrait sans doute faire couler beaucoup d’encre

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !