Dépêche
Accueil » A la une » Qualification du Maroc pour le Mondial russe

Qualification du Maroc pour le Mondial russe

L’art et la manière

Après des années de disette, les Marocains fêtent comme il se doit la qualification de la sélection nationale au mondial de Russie en 2018.

Finalement, ce mois de novembre 2017 restera dans les annales comme étant le mois de la réconciliation des Marocains avec leurs équipes de foot, les retrouvailles entre les équipes et les victoires. Ainsi une semaine après la victoire du WAC qui a remporté sa deuxième champions league africaine, après 25 ans d’attente, voici que la sélection nationale renoue elle aussi avec le mondial en se permettant le luxe d’aller battre chez elle la sélection ivoirienne, en course elle aussi pour la phase finale de la coupe du monde de Russie en 2018. L’attente a duré ici 20 ans depuis le Mondial français.

Alors les Marocains n’avaient besoin qu’un match nul pour composter leur ticket ; ils ont joué la victoire et l’ont eue.  Au grand complet avec un Benatia, le capitaine, vrai maestro, la sélection dirigée par Hervé Renard a donné le ton dès les premières minutes. Un jeu offensif, un milieu de terrain bétonné et une défense sans faille. D’ailleurs, dès l’entame du match, on ne savait plus qui recevait qui et qui jouait pour la victoire. Dès la cinquième minute, une première occasion franche pour les Marocains ratée de justesse. Depuis, les Ivoiriens ont été tétanisés. Perdus sur l’aire du jeu. Aucune coordination.  Aucune construction. Trop de déchets même.

Alors que la première mi-temps est à sa moitié, un tir enroulé de Nabil Dirar ne laisse aucune chance au gardien ivoirien. U, tir de plus de 20 mètres place les Marocains pratiquement en Russie. Au lieu de revenir à la défense et casser le jeu pour sécuriser leur avantage, les Marocains ont poursuivi l’attaque, avec toujours un milieu de terrain des grands jours étouffant les Ivoiriens dans leur moitié de terrain. Cinq minutes après le premier but, un corner pour la sélection nationale. Et Benatia qui surgit d’on ne sait où pour placer d’un coup de pied magistral la balle en pleine lucarne. Ni le gardien ivoirien ni les défenseurs n’ont vu que du vent.

Aussi bien le reste de la première partie que la deuxième mi temps en entier presque, c’est une domination marocaine qui aurait pu permettre à la sélection nationale d’alourdir  le score  par au moins deux autres buts. La défense ivoirienne était devenue une vraie passoire et n’eut été le manque de chance ou la précipitation de certains attaquants marocains, les filets ivoiriens auraient reçu plus de balles.

Il faut dire que la match était tactique avant tout. Il a été plié dans les 25/30 premières minutes. Il y avait un engagement physique qu’on n’a pratiquement jamais vu chez les sélections marocaines de football. Il y avait aussi un schéma tactique clair, bien étudié et bien appliqué sur l’aire du jeu. Ce qui a dérouté la sélection ivoirienne et son entraîneur qui n’a rien compris à ce déroulé du match.

Les joueurs ont rempli à merveille leur mission. Une mention particulière est à adresser au gardien Mounir Mohamadi qui rassure le reste de la sélection. Même lorsqu’il y avait  quelques petits couacs liés à un manque de coordination entre les défenseurs, l’intervention du portier marocain ramène la sérénité et remet les choses en marche. Un gardien de la trempe de Zaki ou Allal pour ne citer que ces deux.

Il faut aussi dire que le public partie en masse à Abidjan a été d’un soutien précieux pour la sélection qui le lui a très bien rendu par une victoire nette et une belle qualification au mondial. Au Maroc, dès le coup de sifflet final, les boulevards des villes, notamment à Casablanca, Rabat, Marrakech ont été pris d’assaut par des milliers de citoyens en fête. Assoiffés de victoires, les Marocains ont été assouvis ce mois de novembre 2017.

N.J

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !