Dépêche
Accueil » Chronique » Pugilat diplomatique

Pugilat diplomatique

Abdellatif Mansour

On savait que “la diplomatie à l’algérienne” était paradoxale en soi. mais pas au point du coup de poing.

Qu’en est-il de cette plainte d’un autre genre déposée par le Maroc auprès de  l’ONU? L’Algérie est accusée d’avoir transformé un bâtiment onu-sien en  ring de boxe. Voilà donc une histoire qui ne vieillira pas.

Un nouveau type de boxe est né, le “diplomatic-boxing”. La demande pour  son inscription parmi les disciplines olympiques ne saurait tarder. Mais  d’abord un aperçu sur les faits fondateurs de ce sport. Nous sommes le jeudi 18 mai  2017, à Sainte-Lucie des Caraïbes. L’ONU tient, comme chaque année, une réunion  de son comité spécial pour la décolonisation. Jusqu’ici, c’est un séparatiste du Polisario,  voyageant avec un passeport algérien et indemnités de déplacement du même type, qui  faisait acte de présence sous le contrôle rapproché de ses commandi-taires.

Lors de la présentation de cette prise de parole attendue, par Mohamed Ali Khamlichi,  ambassadeur adjoint du Maroc pour les Caraïbes, ce que les arcanes d’une instance  onusienne n’ont jamais vu s’est produit. Le représentant de l’Algérie, Soufiane Mimouni,  se présentant comme le directeur général du MAE algérien, s’est rué sur le diplomate  marocain et lui a asséné des uppercuts rageurs au visage. Ne s’attendant pas à ce  genre de comportement, M. Khamlichi a été pris au dépourvu. Il s’est évanoui, avant  d’être conduit à l’hôpital, où il a reçu des soins d’urgence. Et voilà, le diplomatic boxing  est né. Avis aux amateurs, des cours de formation pour ce sport, assurés par des diplomates  chevronnés, sont disponibles pour les pays ennemis du Maroc.

On savait, de science certaine, que “la diplomatie à l’algérienne” était paradoxale en soi,  par rapport aux canons du métier, faits d’auto-contrôle et de retenue en toute circonstance.  Mais pas au point du coup de poing comme élément de débat, encore moins  comme argument de per-suasion au service d’une position factice de bout en bout. En  fait, la sortie tous poings dehors de M. Mimouni trahit la nervosité extrême du dispositif  diplomatique algérien. Elle trahit surtout un position-nement algérien devenu intenable.  La thèse d’une Algérie simple observateur du conflit autour du Sahara marocain a volé  en éclats.

Preuve a été faite, par son diplomate excessivement nerveux, qu’Alger s’est volontairement  et totalement impliqué dans ce dossier qui perdure jusqu’à incommoder l’ONU. Le  dernier rapport du S.G de l’ONU, Antonio Guterres semble avoir finalement démêlé le  vrai du faux en rendant cette affaire un peu plus lisible, même en langage diplomatique.  Quant à M. Mimouni, son erreur est d’avoir été trop vite au devant de l’état d’esprit de sa  hiérarchie. Plus dure pourrait être la sanction. L’asile politique, poids mouche est ouvert  au Maroc. Mais rien n’empêche nos diplomates de prendre des cours accélérés de boxe  pour parer à toute éventualité de pugilat diplomatique

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !