Dépêche
Accueil » Société » Pour des diplômés de qualité

Pour des diplômés de qualité

Crédit photo : DR

Crédit photo : DR

Les filières en vogue pour les études supérieures

[quote font= »1″]Baccalauréat. L’examen se déroule à un moment crucial pour les futures générations qui attendent beaucoup de la mise en oeuvre de la stratégie Belmokhtar.[/quote]

Période cruciale en cette fin  d’année scolaire pour nos  futurs bacheliers. Ils doivent  être présents sur tous les fronts.  À commencer par celui de la  préparation des examens de juin.  Objectif: réussir au baccalauréat.  Ceci ne les empêche pas de  s’attaquer à un autre front, non  moins décisif. Celui de poursuivre  leur quête d’information, en  visitant, par exemple, le Forum  international de l’étudiant, qui a  eu lieu du 23 au 26 avril 2015 à la  Foire internationale de Casablanca.  But: choisir en connaissance de  cause les formations post-bac et  trouver l’itinéraire qui mène à  bon port.
Reste à trouver parmi les diverses  offres de formations efficaces celle qui correspond le mieux à chaque  étudiant, et qui lui permettra de  donner forme à ses envies, à ses  projets.
Le tout conditionné par le fait de  disposer de toutes les clés pour  choisir en connaissance de cause,  loin des discours promotionnels  et des idées reçues. Un véritable  parcours du combattant, surtout  lorsque l’on sait que certains  étudiants n’ont pas bénéficié, lors  de leur cursus au collège ou au  lycée, de l’orientation qu’il faut.  Les difficultés sont d’autant  plus grandes que nos bacheliers  doivent non seulement comparer  à la fois les filières entre elles,  écoles, universités… mais aussi  à l’intérieur des filières, les  meilleures formations. Avec pour chacune ses atouts et forces, ses  points faibles ou particularités.  À commencer, bien sûr, par les  plus réputées d’entre elles, les  grandes écoles, mais aussi les  établissements post-bac, les  meilleurs cursus des universités ou  encore les bachelors ou les MBA.

Nouvelle politique
Certes, ils ont l’embarras du choix  entre étudier dans des institutions  d’enseignement supérieur au  Maroc ou à l’étranger, du moins  pour ceux qui n’ont pas de  difficulté de langues. Difficultés  qui seront atténuées, en partie,  lorsque les premières promotions  du baccalauréat marocain -option  international- seraient prêtes,les  prochaines années, pour passer  leur examen final. D’abord pour le  Bac international option français,  qui a commencé en septembre  2013 et les Bac anglais et espagnol  en septembre 2014, qui date  de l’ère de l’actuel ministre de  l’éducation nationale et de la  formation professionnelle, Rachid  Belmokhtar.
C’est dire que ce ministère, depuis  que Belmokhtar préside à ses  destinées, est en passe d’initier  une nouvelle politique axée sur la  maîtrise des langues étrangères.  Néanmoins, selon plusieurs  observateurs, une vraie réforme  du bac ne doit pas être basée sur  le seul critère linguistique, elle doit  toucher aussi bien les curricula que  les rythmes scolaires en passant  par la formation d’enseignants de  qualité et plus motivés et, surtout,  une grande mobilisation pour que  le bachelier soit meilleur, au-delà  de la langue d’enseignement.

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !