Dépêche
Accueil » Société » Plan d’insertion des ex-détenus

Plan d’insertion des ex-détenus

Le Roi Mohammed VI au lancement du programme d’appui aux micro-projets et à l’auto-emploi des ex-détenus. Vendredi 3 juillet 2015, Casablanca.

Le Roi Mohammed VI au lancement du programme d’appui aux micro-projets et à l’auto-emploi des ex-détenus. Vendredi 3 juillet 2015, Casablanca.

Nouvel engagement royal  en faveur des couches  vulnérables et marginalisées.  En effet, le Roi  Mohammed VI a lancé, vendredi  3 juillet 2015 à casablanca, le programme  d’appui aux micro-projets  et à l’auto-emploi des ex-détenus.  Quelques 317 ex-détenus bénéficieront  de ce programme, qui vise à  leur assurer une intégration socioprofessionnelle  et à les prémunir  contre la récidive. Pour y procéder,  deux formules ont été élaborées.

La première consiste à l’intégration  au sein d’une entreprise citoyenne  accompagnant la Fondation  Mohammed VI pour la réinsertion  des détenus, dans la mise en oeuvre  du programme de réinsertion des ex-détenus. La seconde se fait à travers  l’appui à la création de microprojets  ou d’activités génératrices  d’emploi (AGR).

Fondation exemplaire
Créée en 2002, la Fondation  Mohammed VI pour la réinsertion  des détenus s’érige comme un  exemple à suivre dans le domaine  de l’assistance post-carcérale, sur  le plan arabe et régional.  En plus de 12 ans d’existence, la  Fondation demeure l’unique institution  du genre dans le monde  arabe à se consacrer à la question  de la réinsertion des ex-détenus en  tant que processus complémentaire  à celui de leur qualification,  entamé au sein des établissements pénitentiaires. Son action est principalement  régie par les orientations  royales contenues dans le  discours du Souverain à l’ouverture  de l’année judiciaire, le 29  janvier 2003. Durant la période  2006-2015, la Fondation a réalisé  plusieurs centres d’accompagnement  post-carcéral dans les villes  de Casablanca, Salé, Agadir, Oujda,  Marrakech, Fès, Tanger, Settat et  Béni Mellal.  D’autres sont en cours de réalisation  à Safi, Tétouan, Khouribga,  Meknès, Nador, El Jadida et  Laâyoune.

En 2014, le nombre de personnes  ayant bénéficié, après leur libération,  de l’insertion à travers l’éducation  et la formation professionnelle,  ainsi que de stages d’apprentissage  et de stages rémunérés s’est élevé  à 1.401 individus, dont 63 femmes  et 644 mineurs. Les initiatives de  la Fondation ont permis aussi le  placement, au cours de l’année dernière,  de 933 ex-détenus, dont 199  femmes, dans des entreprises, alors  que 1.436 autres personnes, dont  173 femmes, ont bénéficié d’un  encadrement et d’un accompagnement  en matière d’auto-emploi.

Une politique qui commence à donner  ses fruits. En effet, le taux de  récidive est constamment en baisse  grâce au programme de réinsertion  socio-professionnelle des détenus  assuré par la Fondation. Ce taux ne  dépasse plus les 2,3% sur un échantillon  de plus de 6.000 détenus

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !