Dépêche
Accueil » Dernière minute » Les pistes de Driss Jettou pour réhabiliter l’administration

Les pistes de Driss Jettou pour réhabiliter l’administration

Dirss Jettou, président de la Cour des comptes.

La Cour des comptes sort son rapport sur la fonction publique

La cour recommande, entre autres, de rétablir la rigueur dans le respect du temps administratif réglementaire en mettant fin à l’impunité de l’absence irrégulière et en généralisant les systèmes de contrôle d’accès.

Depuis le discours royal célébrant la fête du Trône, le 30 juillet 2017, qui critique sévèrement l’administration marocaine, aucune initiative sérieuse, pour réhabiliter celle-ci, n’a été prise. Or, voilà la Cour des comptes qui entre en ligne pour apporter sa contribution à l’édifice. Dans son dernier rapport sur l’évaluation du système de la fonction publique, rendu public lundi 20 novembre 2017, la Cour des comptes plaide, globalement, pour des actions profondes pour réhabiliter une administration en mal de rendement et d’efficacité.

La cour, présidée par l’ancien premier ministre, Driss Jettou, recommande ainsi de concevoir et de mettre en place une stratégie globale en matière de réforme du système de la fonction publique. Une stratégie qui sera déclinée en actions précises avec des objectifs prioritaires, des horizons temporels réfléchis, tenant compte de l’impact budgétaire estimé et en identifiant les responsables de chaque action.

Promotion au mérite
En raison du rôle essentiel des fonctionnaires dans le système de la fonction publique, la Cour appelle à une maitrise du temps de travail dans l’administration, et ce, afin d’optimiser le potentiel existant en ressources humaines. Ainsi, la Cour recommande de rétablir la rigueur dans le respect du temps administratif réglementaire en mettant fin à l’impunité de l’absence irrégulière et en généralisant les systèmes de contrôle d’accès dans les différentes administrations, avec de la transparence à ce niveau.

Pour gagner en efficacité, il importe de moderniser le recrutement en s’inspirant des techniques de gestion de ressources humaines qui ont fait leurs preuves dans le secteur privé et dans d’autres pays. Le document appelle à oeuvrer dans le sens d’une professionnalisation du recrutement, notamment en réduisant la pondération des conditions académiques au profit d’autres considérations liées au savoir-faire et au savoir être, nécessaires par rapport au poste ciblé.

Concernant le système d’évaluation, la Cour appelle à sa crédibilisation en liant l’avancement et la promotion au mérite et à la performance. A ce titre, la réforme devrait poursuivre l’objectif de rompre avec l’avancement automatique et d’inciter les fonctionnaires à s’acquitter de leurs charges avec la rigueur requise. En raison de sa place centrale dans le système de la fonction publique, l’évaluation devrait être intimement liée à la formation continue et servir véritablement de base pour la rémunération. Une cohérence est donc à rechercher entre le système d’évaluation et de promotion et le système de rémunération.

Dans la perspective d’une refonte globale, l’institution de contrôle des finances publiques incite à pallier les principales insuffisances du système de rémunération actuel à travers l’exploitation des études déjà réalisées dans ce sens, en procédant, en premier lieu, à rétablir la prééminence du salaire de base et à réduire le poids des indemnités pour correspondre à leur véritable finalité.

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !