Dépêche
Accueil » Culture » Le périple des hommes amoureux

Le périple des hommes amoureux

En nous entraînant dans trois histoires parallèles, Jean Zaganiaris nous plonge dans «les violences et les troubles de la passion amoureuse, par-delà les pays, les cultures et les identités».

Ce premier roman de Jean  Zaganiaris, ce jeune enseignant-  chercheur d’origine  grecque et membre fondateur  du Cercle de Littérature  Contemporaine, raconte tout simplement l’histoire  d’un homme qui veut retomber amoureux  après une déception sentimentale. Un homme  qui veut vivre «un amour où il n’y a pas de  règles, pas de stratégies, pas de calculs, pas  de choses à planifier, pas de mode d’emploi.  Ce n’est même pas une affaire de symbiose,  de fusion avec l’autre…», nous dit l’auteur. Un  homme qui veut avoir «une très forte envie de  monter dans un train sans savoir où il va». Un  homme qui veut «grimper dans un manège et  tourner, tourner avec l’être aimé, en sentant  que l’éphémère de ce moment sera éternellement  gravé dans son coeur».

Histoires universelles
Le récit, dont sont tirés ces quelques très  beaux bouts de phrase, mélange tout: les  personnages, les époques, les événements.  Zaganiaris lui-même nous représente son roman  comme «un puzzle que l’on aurait mis du  temps à constituer et que l’on aurait ensuite  fait tomber avec fracas sur un carrelage blanc,  en cornant et déchirant les extrémités de certaines  pièces». Aux lectrices, aux lecteurs,  d’en faire ce qu’ils veulent, dit-il.

À travers trois villes, Casablanca, Athènes,  Cannes, trois époques, le post 20-Février au  Maroc, la crise économique en Grèce, l’essor  du Front National dans la France des années  90. et surtout trois hommes: Yanis (Marocain),  Ioannis (Grec), Jean (Français), Jean Zaganiaris  nous livre toute sa sensibilité dans Le  périple des hommes amoureux. Un récit sous  forme d’errance sur des chemins faits d’expériences  et de rencontres au coeur de nuits  alcoolisées où se nouent des histoires universelles.

Celles de Yanis, Ioannis, Jean, Samia, Chaima,  Hind, Rachid, Momo, Ali, Najib, Hugues,  Bilal, Reda, et d’autres… Celles d’une certaine  jeunesse, de ses rêves, de ses quêtes,  et aussi, de ses insouciances. Dans le roman  de Zaganiaris, on trouve aussi bien «les penchants  parfois un peu noirs et désabusés des  personnages que la sensibilité à fleur de peau  qui se dévoile peu à peu sous la plume de  l’auteur».

En nous entraînant dans ces trois histoires  parallèles, qui ne sont peut-être qu’une seule  et même odyssée, Jean Zaganiaris nous  plonge, nous dit un des ses admirateurs, dans  «les violences et les troubles de la passion  amoureuse, par-delà les pays, les cultures et  les identités». «Un récit à la croisée des chemins,  des vies, des époques et des lieux.On  y trouve un profond respect pour l’humanité,  une fidélité en amitié, un amour, voire admiration,  pour les femmes sous leurs diverses  approches et conditions».

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !