Dépêche
Accueil » Edito » Le partenariat entre maroc et le CCG en marche

Le partenariat entre maroc et le CCG en marche

Solidarité agissante

Mustapha Sehimi

Mustapha Sehimi

La politique étrangère du  Royaume enregistre depuis  plus d’une décennie une  réarticulation qui s’accentue  même. Il y avait bien les positionnements  traditionnels vers des pays  amis ou alliés; il y avait aussi des solidarités  culturelles et religieuses –maghrébine,  arabe, islamique– et même géographiques  avec l’Afrique. Il a fallu conforter  des acquis mais également s’engager  dans des directions nouvelles, telles  l’Asie, l’Amérique latine et de manière  encore plus marquée vers le continent.

Dans cette perspective, une mention  particulière doit être faite aux relations  avec les pays du Conseil de Coopération  du Golfe (CCG). La forme commune des  régimes poussait naturellement dans ce  sens –ce sont des monarchies, à l’instar  du Maroc. La relation personnelle  entre les chefs d’État a également pesé  pour un rapprochement. En tout cas,  aujourd’hui, c’est un partenariat stratégique  qui régit les rapports entre Rabat  et les six autres pays. Le 37ème sommet  du CCG, qui a achevé ses travaux le 7  décembre 2016, a exprimé sa satisfaction  à propos des efforts entrepris pour  un renforcement et une consolidation  de ce socle. Il faut dire que S.M. le Roi  s’est fortement impliqué à cet égard,  une approche illustrée par sa visite officielle,  en octobre 2012 dans quatre pays  du CCG. Un plan d’action a été arrêté à  Manama (Bahreïn) pour définir tant les  domaines de coopération et leurs objectifs  que les moyens de les réaliser.

De quoi s’agit-il dans le détail? Des secteurs  de l’agriculture et de la sécurité alimentaire,  du transport, des télécommunications,  des énergies renouvelables, du  tourisme, de la coopération judiciaire,…  Les IDE (investissements directs étrangers)  golfiques ont fortement progressé  depuis 2011 et représentent quelque  25% de l’ensemble des IDE. Reste le  dossier des relations commerciales, les  flux ne dépassant pas 2%.

Le potentiel  d’investissement est exceptionnel.  Il est aidé et stimulé par la formule des  partenariats tripartites, en direction de  l’Afrique et de l’Europe. De quoi promouvoir  l’élargissement des intérêts stratégiques  communs; et ce, sur la base du  principe “gagnant-gagnant”. Les leviers  existent; il reste à les rendre plus opératoires  et plus efficients. Pour ce qui est  des échanges commerciaux, il y a tout à  faire: une implication des opérateurs par  davantage d’information et de sensibilisation,  des lignes maritimes directes,  des fonds de financement dédiés, … La  question d’une politique migratoire doit  également être traitée et actée.

Les pays du CCG sont demandeurs de  main-d’oeuvre marocaine. Le cadre juridique  de travail et de vie de celle-ci doit  être amélioré et sécurisé. De même, le  régime de protection des investissements  au Maroc doit être revu dans  un sens favorable aux opérateurs ainsi  qu’à la mise en place de joint-ventures  jouissant d’une règlementation précise  et stable.

Enfin, comment ne pas valoriser et optimiser  aussi l’immense champ de coopération  offert aux entreprises mixtes  en Afrique. Le succès de “Casablanca  Financial City” encourage l’attraction  des capitaux du Golfe vers les marchés  africains et dégage une forte visibilité  pour des placements et des participations.  Les uns sont relatifs à une mobilisation  de capitaux pour des projets de  tous ordres; les autres intéressent les  infrastructures où le Maroc a acquis une  expérience; enfin les derniers regardent  l’agriculture, la sécurité alimentaire et  plus globalement le développement  durable.

Mais le Maroc et le CCG, c’est aussi une  alliance et une solidarité agissante. Les  six pays apportent ainsi leur total appui  à la cause nationale du Sahara et soutiennent  le projet d’autonomie. Le discours  historique du Souverain à Riyad,  le 20 avril 2016, lors du sommet du  CCG proclame l’adhésion du Maroc à la  sécurité collective du CCG. Il a sévèrement  dénoncé le “double langage dans  l’expression de l’amitié et de l’alliance,  parallèlement aux coups de poignard  dans le dos…” La solidarité du Maroc est  totale tant il est vrai qu’il considère que  le Royaume partage le même destin que  les pays du CCG.

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !