Dépêche
Accueil » Politique » Nouvelle résolution du Conseil de sécurité sur le Sahara

Nouvelle résolution du Conseil de sécurité sur le Sahara

La résolution 2218, datée du 28 avril 2015, a été votée à l’unanimité des 15 membres de l’ONU. - Ph : DR

La résolution 2218, datée du 28 avril 2015, a été votée à l’unanimité des 15 membres de l’ONU – Ph : DR

Le Maroc sort gagnant

[quote font= »1″]Avancement. L’ONU est  désormais sur les bons rails  pour le dossier du Sahara.  La nouvelle résolution du  Conseil de sécurité, votée  mardi 28 avril 2015, fait droit  à la position constante du  Royaume.[/quote]

Lors de sa réunion du mardi 28  avril 2015, le Conseil de sécurité  a voté à l’unanimité des quinze  membres la résolution 2218. Dans le  détail, de quoi s’agit-il? En premier  lieu de la qualification donnée à la  proposition marocaine d’autonomie  interne en date du 11 avril 2007.
Pour la haute instance onusienne,  des félicitations sont accordées  aux «efforts sérieux et crédibles  faits par le Maroc pour aller de  l’avant vers un règlement». Pour  la première fois, l’on a droit à cet  hommage particulier, alors que par  le passé, il était question d’un projet «sérieux, réaliste et crédible». Dans le  même temps, le Conseil de sécurité se  borne à prendre note également de la  proposition du Polisario. Cela veut dire  que, sur la table de négociation, depuis  neuf ans, il y a un seul document de  référence.

Efforts sérieux vers un règlement
La position de Rabat est également  confortée, dans cette même ligne, par  le respect du cadre de la négociation  tel qu’il a été fixé dans le rapport du  Secrétaire général de l’ONU en date du  14 avril 2008.
La résolution 2218 félicite, par ailleurs,  le Maroc pour ce qui est des avancées  enregistrées en matière de droits de  l’Homme. Les efforts et les réalisations  de Rabat dans ce domaine ont été  salués que ce soit dans le renforcement  des commissions du CNDH à Dakhla et  Laâyoune, le dialogue et les interactions  avec les procédures spéciales du Conseil  des droits de l’Homme de l’ONU, y  compris celles prévues en 2015, sans oublier la prochaine visite du Haut  Commissariat des Nations Unies aux  droits de l’Homme.
Mais il y a plus. Ainsi le Conseil de  sécurité a demandé à nouveau  l’enregistrement des réfugiés de  Tindouf. Cette demande s’adresse  directement à l’Algérie, qui déclare  quelque 200.000 personnes alors  que les recoupements des ONG ne  retiennent qu’un chiffre de l’ordre  de 70.000. Un “dopage” mis à profit  pour le détournement de l’aide  alimentaire au profit des dirigeants  séparatistes et en violation flagrante  du droit international humanitaire,  notamment la convention de Genève  de 1951 et son protocole de 1966 sur  l’enregistrement.
Enfin, cette résolution du Conseil de  sécurité est une défaite de l’Algérie et  du lobby qui recyclait sa position et  celle des séparatistes. Le “pressing”  déployé par l’Union africaine depuis  des semaines n’a pas donné les  résultats escomptés alors qu’une  exceptionnelle mobilisation avait  été entreprise par la diplomatie  algérienne. Même un pays aussi  aligné sur la position d’Alger comme  le Nigéria n’a eu d’autre choix que de  voter en faveur .
Et maintenant? Le Secrétaire  général de l’ONU, Ban Ki-moon,  a été invité à faire un rapport au  moins deux fois par an sur l’état  d’avancement. Christopher Ross,  envoyé personnel, va reprendre ses  contacts et ses navettes dans cette  voie. Les séparatistes vont s’employer  à multiplier les déclarations et à  tenter d’instrumentaliser, comme  de coutume, des actions de leurs  réseaux. Mais rien n’y fera, au fond: il  y a des fondamentaux, des principes,  un cadre de négociation et la bonne  foi. Le Maroc ne se départira pas de  cette doctrine.

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !