Dépêche
Accueil » Politique » Nouvel épisode du feuilleton Benkirane-opposition

Nouvel épisode du feuilleton Benkirane-opposition

Hamid Chabat et Abdelilah Benkirane. - © DR

Hamid Chabat et Abdelilah Benkirane. – © DR

Le feuilleton Benkirane-opposition n’est pas fini. Il connaît juste un autre  épisode dans le sens de l’apaisement; en principe. Chargés par S.M. le Roi,  deux conseillers du Souverain, Fouad Ali El Himma et Abdellatif Menouni, ont  récemment rencontré le chef du gouvernement. Ils lui ont fait un listing des  accusations portées à son encontre par ses contradicteurs. En particulier, la  volonté qui lui est attribuée d’impliquer la personne du Roi dans ses relations  conflictuelles avec ses opposants et dans les enjeux des prochaines échéances  électorales.
Abdelilah Benkirane s’est évidemment inscrit en faux par rapport à ces  plaintes, se disant lui-même victime de la hargne et des diffamations répétées  à son égard. Il aurait aussi rappelé que Hamid Chabat, secrétaire général du  Parti de l’Istiqlal, a déclaré sous la coupole du parlement que lui, Abdelilah  Benkirane, est un allié de Daech et qu’il est en relation avec les services  israéliens du Mossad.
Pour rappel, les quatre partis de l’opposition (Istiqlal, USFP, PAM et UC)  avaient fait une demande d’audience par S.M. le Roi, qui n’a pas eu lieu.  Ils ont été reçus par les mêmes conseillers royaux, le 27 mars 2015, à qui ils  ont remis un mémorandum à l’intention du Souverain. C’est en réponse à  ce document que cette nouvelle entrevue a eu lieu.
Est-ce l’épilogue annonçant le retour au calme entre Benkirane et ses  pourfendeurs attitrés? Rien n’est moins sûr; pas seulement parce que ce  genre d’affrontement fait partie de la carte génétique du jeu démocratique.  Cette raison-là est recevable, mais pas suffisante. Car, au-delà des différences  de référentiel et de conception de la chose publique, il existe aussi une réelle  incompatibilité d’humeurs et de caractères entre deux camps forcément  antagonistes. En fait, ce qui devait aboutir à une paix des braves, comme  prélude à une saine confrontation des idées et des programmes, n’est pas  chose acquise. Il faut plutôt s’attendre à des déclarations incendiaires dans  les meetings électoraux et à des empoignades verbales bas de gamme dans  des séances tumultueuses du parlement.

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !