Dépêche
GCAM
Accueil » Société » Noureddine Ayouch: « Chacun est libre de son corps »

Noureddine Ayouch: « Chacun est libre de son corps »

On vous a vu récemment prendre position, dans une interview filmée accordée au journal électronique Febrayer, pour une entière liberté sexuelle des Marocain-e-s. Pouvez-vous être plus explicite?
Cette position, les gens qui me connaissent et qui me suivent savent qu’elle n’est pas nouvelle chez moi. Ce n’est donc pas la première fois que je l’affiche. Pour moi effectivement, chacun est libre de disposer de son corps comme il le veut. Que l’on veuille avoir des relations sexuelles dans le cadre du mariage comme en dehors, qu’un homme veuille avoir des relations avec un autre homme ou une femme avec une autre femme, c’est à mon sens un droit absolu, que garantissent d’ailleurs les traités internationaux dont le Maroc est signataire et qui sont mis en exergue dans le préambule de la Constitution du 1er juillet 2011. Personne ne peut donc, à mon avis, venir contester ce droit.

Vous citez les traités internationaux, mais la Constitution de juillet 2011 fait également mention de l’islam, religion de l’Etat. Or comme vous le savez, ou comme on a déjà dû vous l’opposer, l’islam encadre strictement les rapports sexuels entre individus.
L’islam, et plus généralement la religion, est et doit rester une affaire personnelle. C’est entre l’individu et son Créateur, pas entre individus, et cela ne doit pas être un moyen d’imposer ses vues aux autres. Je suis d’ailleurs la preuve vivante qu’il est possible de vivre ainsi l’islam; je suis moi-même musulman, pratiquant, mais je fais une nette séparation entre mes croyances personnelles, que je veille à limiter au cadre privé, et ma vie publique. Et puis, que nous dit vraiment l’islam? Nous appelle-t-il à inquisitionner dans les chambres à coucher des gens pour savoir qui a des rapports sexuelles avec qui et dans quel cadre? Non. La loi, dans sa mouture actuelle, ouvre pourtant la voie à cela.

Justement, le ministre de la Justice, Mohamed Aujjar, avait tenu une position similaire dans une interview accordée au journal électronique Hespress.
J’ai vu effectivement, c’est bien. De toute façon, c’est la moindre des choses que de permettre aux gens de faire ce qu’ils veulent dans la sphère privée. C’est presque absurde que d’avoir à dire cela.

Mais imaginons que la législation change, croyez-vous que les Marocain- e-s l’accepteront? On a plusieurs fois vu des personnes attaquées jusqu’à leurs domiciles alors qu’elles n’étaient parfois que soupçonnées d’avoir des relations sexuelles illégitimes au vu de la loi.
Ce sera alors à l’État de défendre les individus dans leurs droits. Mais vous savez, parfois il suffit juste de changer la loi pour que les mentalités suivent elles aussi.

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !