Dépêche
Accueil » Société » Notre travail permet à l’enfant de développer un référentiel interne

Notre travail permet à l’enfant de développer un référentiel interne

Abla Benbachir, psychologue clinicienne, formatrice en Discipline Positive

Abla Benbachir, psychologue clinicienne, formatrice en Discipline Positive

[quote font= »1″]Entretien. Développée par les psychiatres éducateurs américaines Jane Nelsen et Lynn Lott,  la Discipline positive est une approche qui place l’encouragement au coeur de l’éducation. La  psychologue clinicienne Abla Benbachir propose de partager les principes de cette approche avec  les parents marocains à travers des ateliers organisée par les écoles Yassamine, à Casablanca.[/quote]

Maroc Hebdo:
Qu’est-ce que la Discipline positive et à quels besoins répond-elle?

Abla Benbachir: Les enfants d’aujourd’hui, au Maroc comme presque partout  ailleurs, sont en prise avec des modèles plus égalitaires. Les méthodes  éducatives verticales, c’est-à-dire qui comptent sur la soumission pour  transmettre, ne fonctionnent plus de la même manière. Les parents ont  donc des difficultés à transmettre les valeurs et les compétences qu’ils  souhaitent à leurs enfants. Ils ont besoin de nouveaux repères éducatifs  qui leur permettent de continuer à influencer positivement leurs enfants.

Que propose justement cette approche?
Abla Benbachir: La Discipline positive, qui est une approche théorique  solide ancrée dans l’encouragement, mais aussi très pragmatique, répond  à ce besoin de prendre en compte à la fois les besoins des adultes et des  situations. Elle répond aussi aux besoins de l’enfant, notamment sur le plan  émotionnel. Nous le savons aujourd’hui, toutes les études le montrent, il y  a une corrélation positive entre la prise en compte des besoins  émotionnels et la réussite académique, entre autres. Dans  cette approche, nous considérons que nous n’avons pas à  choisir entre fermeté et bienveillance, mais que chaque  parent doit pouvoir être à la fois et simultanément les  deux, dans une autorité juste et solide.

Comment trouver l’équilibre entre fermeté et  bienveillance?
Abla Benbachir:
Cet équilibre est avant tout un regard  qu’on porte sur l’enfant, sur les comportements  inappropriés et sur les erreurs. Lorsqu’on arrive à  percevoir les erreurs de nos enfants, non plus  comme des fautes à éviter, mais comme des  opportunités pour développer de nouvelles  compétences socio émotionnelles ou  académiques, nous pouvons mieux les aider à  progresser. Ce changement de regard implique  aussi que nous admettions une fois pour  toutes que pour qu’un enfant fasse mieux,  progresse, il faut d’abord qu’il se sente bien.  Nous n’avons pas besoin de porter atteinte au  bien-être de l’enfant pour nous faire respecter ou pour arriver à des résultats. Pas  besoin de crier, humilier, critiquer,  utiliser des violences émotionnelles  ou physiques pour éduquer. C’est  même contradictoire, car nous,  parents, sommes modèles de ce que  nous transmettons, et lorsque nous  manquons de respect à nos enfants,  nous leur enseignons le manque de  respect, en plus de les fragiliser.

C’est quoi la solution alors?
Abla Benbachir:
Il y a une multitude  d’alternatives à la punition, que  chaque parent peut apprendre à  mette en place avec ses enfants.  Connecter avant de corriger, mettre  en place des accords et en faire le suivi,  décider de ce qu’on va faire et nous  y tenir, entre autres. Mais tout cela  est avant tout une manière d’être,  une posture plus horizontale qui nous  permet d’éduquer nos enfants plus  sereinement.

La Discipline positive a donné de bons  résultats dans d’autres pays? Est-il aisé  de l’adapter au contexte marocain?
Abla Benbachir:
Cette approche donne  de très bons résultats partout, pour  peu que le parent accepte de mettre  en place plus de coopération et de  démocratie dans la relation. Il existe  deux grandes approches éducatives.  La plus courante se base sur un  référentiel externe à l’enfant. Pour  schématiser, à travers la punition ou  le retrait de privilège, la récompense  ou le compliment, l’adulte tente  de contrôler le comportement de  l’enfant. La Discipline positive, elle,  permet à l’enfant de développer un  référentiel interne. Ce n’est pas parce  qu’il craint d’être puni ou cherche une  récompense qu’il fait les choses mais  parce qu’il veut les faire correctement, faire les bons choix même quand  personne ne le regarde.

Comment arriver à ce résultat?
Abla Benbachir:
Cette approche  fonctionne très bien quand l’adulte  est prêt à changer de posture, quel  que soit son milieu d’origine ou sa  religion. Elle n’est d’ailleurs pas du  tout en opposition avec les préceptes  religieux en islam, et est très présente  en Egypte et dans d’autres pays  arabo-musulmans. Cela dit, nous  avons encore beaucoup de travail  chez nous, parce que les modèles  éducatifs ici sont encore très ancrés dans l’exigence de la soumission, ce  qui crée beaucoup de frustrations  chez les parents et les enfants,  et beaucoup de violences….et la  majorité n’est pas encore prête à  changer de modèle, même si le leur  est de plus en plus inopérant. Ça n’est  donc qu’une question de temps.

Comment se déroulent les ateliers  que vous animez en faveur des  parents?
Abla Benbachir:
En atelier, nous  sommes un groupe de parents, qui  viennent parfois seuls, parfois en  couples, pour une formation de  base qui dure à peu près 14 heures.  Plusieurs formats sont proposés,  soit 7 séances de deux heures,  soit 3 séances de 5 heures étalées  sur 3 journées de formation. Cet espacement permet aux participants  de s’imprégner de la démarche et  des outils progressivement, de les  mettre en place à leur rythme avec  leurs enfants, et de laisser remonter  les questionnements et difficultés  éventuelles. Ces ateliers se déroulent  dans une atmosphère chaleureuse,  où personne ne se juge et où le plaisir  d’apprendre prend le dessus. Ça fait  d’ailleurs beaucoup de bien aux  parents d’échanger avec d’autres  parents. Ils se sentent moins seuls  et moins coupables de leurs erreurs!  Nous sommes tous dans le même  bateau…

Qu’en est-t-il de la méthode  de travail?
Abla Benbachir:
Pour que cette  formation soit véritablement  impactante, elle a été conçue pour  présenter de façon ludique, par des  activités interactives, les notions  importantes.  Nous utilisons l’expérimentation  pour permettre au savoir de grandir  à l’intérieur de chacun, en multipliant  les jeux de rôles et les mises en  situations pour faciliter l’intégration  des outils. Nous menons aussi des  recherches de solutions entre parents  pour permettre aux participants  de travailler sur des situations  difficiles concrètes, et les mettre en  capacité de trouver des solutions  eux-mêmes pour les difficultés qu’ils  rencontreront à l’avenir.

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !