Dépêche
Accueil » Chronique » No Bikini, No touristes

No Bikini, No touristes

Driss Fahli

Driss Fahli

Pendant toute la durée  du mois de ramadan,  les habitudes  comportementales  populaires changent  pour atteindre un gargantuesque  niveau en boustifailles  indigestes, en opportunismes  religieux, en irritabilité diurne  et en moralismes répressifs.  Durant ce mois sacré, le nombre  de croyants pratiquants croît.  L’ivrogne du mois de Chaabane  devient plus musulman que  musulman durant Ramadan et  rejoint sa bouteille dès Chawwal  après un mois à sec. Le nombre  de voiture en double file de stationnement  près des mosquées  subit une croissance exponentielle  qui fait, au nom du sacré  de la prière, le pied de nez aux  policiers bulleurs de rues. Tous  cela est habituel mais le plus  singulier, c’est que ces prieurs,  après la fin des Taraouihs,  deviennent des googleurs en  puissance adeptes du XXX.

C’est un peu comme le docteur  Jekyll et M. Hyde ou Norman  Bates dans Psychose de Hitchcock:  un rejet de l’altérité et un  refoulement des émotions de  la modernité. Durant ce mois  sacré, les visites des sites pornographiques  issues du Maroc,  croissent aussi phénoménalement  que la bouffe indigeste  ou l’opportunisme religieux.

Sacrés visiteurs marocains! Moralisateurs le jour et vicieux  la nuit. Ce n’est même pas de la  schizophrénie. Pour la précision  de mes chroniques, j’irai voir  un psy pour parler de la multiplicité  de soi ou de la dualité de  l’être et trouver une dénomination  élaborée à cette imbrication  identitaire. Maintenant  qu’on agresse les femmes dans  les rues et qu’on les juge pour  habits irrespectueux envers  ramadan, il ne reste plus qu’à  proposer au gouvernement PJD  de fermer l’Internet durant la  nuit, et tant qu’il y est, il peut  aussi pendant ce mois si sacré  exiger des commerces de tâcher  à l’encre noire toutes les images  de femmes maquillées et de  fesses rondes et moulées qui engorgent  les flyers publicitaires  et les contenants commerciaux.  Que les Hommes soient moralisateurs  ça passe encore.

La part  transactionnelle parentale est  prédominante chez eux. Mais le  pire c’est ce nouveau tsunami  des femmes voilées sermonneuses.  Une infirmière d’un  hôpital public connue pour son animosité, sermonne patients  et visiteurs. H’chouma les  manches courtes même à 30° à  l’ombre. Vas te couvrir la tête et  tout le reste avant de vouloir te  soigner.  Le pire encore c’est ces villes  qui deviennent de plus en  plus talibanes et puritaines.

C’est Agadir qui demande aux  touristes, au nom du respect du  ramadan, de ne pas porter de  bikini à la plage! C’est Inezgane  qui juge deux filles agressées  par la foule pour habits supposé  inconvenant au sacré  du ramadan et les fait passer  d’un statut de victimes à celui  d’accusées!  De tels comportements puritains  et excessifs nuisent à  l’image du Maroc des tonnes  de fois plus que le supposé  impact négatif d’un Much  Loved mais en plus, ils écrasent  par la monstrueuse hypocrisie  ramadanesque nos libertés  individuelles, théoriquement  garanties par la Constitution.  Au fait, tout ceux qui font le  ramadan à l’étranger, devraient  peut-être tuer, au nom du jihad  pour la pureté sacrée du ramadan,  toutes les femmes légèrement  habillées qu’ils trouvent  sur leurs chemin.  C’est l’ère de la bêtise, elle devient  de plus en plus la chose la  mieux partagée, n’est-ce-pas ?

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !