groupe crédit agricole du maroc
Dépêche
groupe crédit agricole du maroc
Accueil » Culture » Nabyla Maân, ou l’enchanteresse du renouveau artistique

Nabyla Maân, ou l’enchanteresse du renouveau artistique

Nabyla Maân distingué du prix honorifique du festival Music Awards

Nabyla Maân, ou Nabyla Abdallaoui Maân, est une chanteuse marocaine, également, auteur-compositeur, née à Fès le 6 décembre 1987.

L’enchanteresse du renouveau artistique Nabyla Maân a reçu, ce lundi 11 décembre 2017, le prix honorifique du festival Music Awards. La Marocaine originaire de la ville de Fes et âgée d’à peine 30 ans repose déjà sur une belle carrière de 13 ans. Car c’est à tout juste 17 ans que Nabyla Maân se donne à sa passion. Oui, passion car la chanteuse défenderesse du répertoire marocain marque là un demi-temps comme pour rectifier: «La musique pour moi est de l’ordre de la passion et non du plaisir fugace… cela dit, un travail fait de sueur et de persévérance… on ne lâche pas sur le coup de l’ennui…».

On ne s’attendait pas à moins… car la jeune voix a su faire montre, tout le long de son parcours, d’une belle droiture. «Je considère mon travail comme étant une recherche… que ça prenne le temps qu’il faut, mais que ce soit fait avec rigueur», nous confirme l’artiste. Loin des chansons cocotte minute, Nabila Maân dit plutôt être soucieuse du rendu, surtout, et contrairement à ce que l’on croirait, quand il est question de chansons reprises de la musique d’avant-garde marocaine, elle dit à ce propos: «Je ne touche jamais à la base d’une chanson par respect à ses détendeurs… je m’occupe du reste, à savoir l’interprétation, l’arrangement et ce qui s’ensuit…» ce que l’artiste avance, l’artiste le prouve, il a fallu trois bonnes années pour que l’album Dalalou El Andalous voie le jour, ce qui nous dit du degré d’assiduité et de finesse de celle-ci.

La grandeur des maîtres
Mais Nabila Maân ne fait pas que chanter, l’artiste semble avoir plusieurs cordes à son arc, c’est qu’elle écrit et compose, l’album Aich hayatek (vis ta vie) fait ici cas de figure. «Je voulais avoir ma propre marque… que le public connaisse les miennes de compositions », nous dit-elle avant de couper court, comme pour se rappeler «Mais finalement je fus rattrapé par mon 4 ème album, qui, lui, me rappela à nouveau la grandeur des maitres». Un album, ou ce qu’elle appelle techniquement, un concept album qui regroupe et du Gharnati, et du Malhoune, et de l’andalous.

Cette passion pour la tradition n’est pas la naissance du jour, Nabila Maân nous confie qu’à deux ans déjà, elle chantonnait de ces immortels tels Oum Keltoum, Mohamed Abdelouhab, Abdelhalim Hafez, Edith Piaf, et la liste est de cet ordre… «C’est mon père qui m’insuffla la passion pour la chose», termine-t-elle. Tout feu, tout flamme pour la chanson marocaine, Nabyla Maân ne se veut pas fermée pour autant, son dernier album avec Carmen Paris, plaide pour elle. «J’y chante espagnol», dit-elle avant que s’ensuive «Mais elle chante arabe aussi» comme pour dire: C’est un échange de culture à travers une langue… du reste, une langue musicale. Dans la même Espagne, Nabila Maân nous parle de Paco De Lucia: «Il a tant fait pour le flamenco pour ainsi l’internationaliser… ainsi je veux faire pour la chanson marocaine».

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !