Dépêche
GCAM
Accueil » Culture » La mosquée de Tinmel, 9 siècles de l’histoire du Maroc

La mosquée de Tinmel, 9 siècles de l’histoire du Maroc

Sur les pas des anciens

Délaissée suite à la fin des Almohades au 13ème siècle, la mosquée ne retrouve ses formes qu’à la fin du 20ème siècle.

Au départ de Marrakech, il a fallu parcourir une centaine de kilomètres vers le sud, pour atteindre le village de Tinmel. Un chemin marqué par des virages, traversant les paysages changeants du Haut Atlas. Entre barrage, anciens douars à flanc de montagne et cascades, cette route d’Asni éblouit par sa diversité. Une fois à Tinmel, la couleur ocre domine toutes les autres et laisse les constructions bâties à partir des matériaux locaux, fondre dans le décor.

C’est le cas d’ailleurs de la mosquée de Tinmel, l’édifice principal de la région. Un bijou architectural, enclavé par les montagnes et témoignant de quasiment 9 siècles d’histoire. Rencontré dès notre arrivée à la mosquée, Youssef, un jeune trentenaire de la région, nous reçoit parmi quelques autres touristes internationaux, venus découvrir le site de plus près. Nous voyageons donc dans le temps, grâce au récit de ce passionné d’histoire, particulièrement attaché à cette mosquée. Nous nous retrouvons au 12ème siècle, juste après le retour de Mohamed Ibn Toumart, de son long périple à travers le Moyen-orient, résumé par un apprentissage approfondi en Islam.

Retour en arrière
Le rite malikite imprégné par les Almoravides, au pouvoir jusqu’à l’heure, ne concordait pas avec la pensée monothéiste du berbère. Naturellement, Ibn Toumart subit de l’oppression dès le début de son prêche, le poussant à fuir Marrakech, pour Tinmel. En marchant entre les multiples arcs de ce monument, l’état de certains piliers attire notre attention. Un remarquable bois massif assombri, et sous forme de blocs plus épais que les autres utilisés sur les arcs voisins. Youssef, intervient encore et revient en 1994, où la mosquée se voit refaite à nouveau, après une longue souffrance de celle-ci dans le temps.

Les traces du 12ème siècle y figurent toujours, entre fontaine principale d’ablution au centre de la cour, le mihrab et ses sculptures ou encore le minaret aux formes quasiment identiques à celles de la tour Hassan de Rabat, Koutoubia de Marrakech et autre la Giralda de Séville.

Faisant de Tinmel son fief, Ibn Toumart aidé par Abdelmoumen Ibn Ali, réussit progressivement sa mission, signant la fin de l’ère Almoravide, pour une nouvelle des Almohades. Abdelmoumen Ibn Ali succède au pouvoir après la mort d’Ibn Toumart, tout en gardant Tinmel comme capitale de l’empire. En plein essor de la dynastie, il y construit un palais et une muraille pour la ville ou encore cette grande mosquée en 1153 pour la mémoire d’Ibn Toumart, rendant Tinmel (école en berbère) un réel centre culturel et spirituel de l’empire.

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !