Dépêche
Accueil » Politique » Mohamed Ziane : « Les Rifains ne sont pas des sécessionnistes »

Mohamed Ziane : « Les Rifains ne sont pas des sécessionnistes »

MOHAMED ZIANE – ©ph:DR

Quelle lecture faites-vous des manifestations qui durent depuis des mois à  Al Hoceima?
La dynamique de contestation dans la ville d’Al Hoceima et ses environs  n’a rien à voir avec un particularisme rifain. Il ne s’agit pas non plus de  manifestations pour des revendications régionalistes. La contestation qui  grossit chaque jour un peu plus est le résultat d’un problème de gouvernance.  Des fautes de gouvernance depuis des décennies ont fait que l’on se  retrouve aujourd’hui avec une région marginalisée, des jeunes sans emploi,  sans centres de formation, sans université ou instituts supérieurs… Une  jeunesse qui voit l’avenir bouché. Une population plus pauvre que la pauvreté  n’a donc aucun recours à part manifester son désarroi.

Mais pourquoi aujourd’hui et non pas avant puisque, comme vous les dites,  la région est depuis toujours délaissée?
Ce n’est pas uniquement la région du Rif qui est délaissée. Tout le Maroc  en souffre. Sauf qu’avant, on avait l’Europe qui pouvait absorber une  bonne part de nos chômeurs: la Hollande et l’Allemagne pour le Rif et un  peu l’Oriental, l’Espagne pour le nord, la France pour le centre et le Souss,  l’Italie aussi… Maintenant, l’Europe est en crise et nos chômeurs ne  trouvent plus où aller. Ajouter à cela le fait que le Rif souffre d’un complexe  psychologique grave. Il s’agit d’une région déconsidérée. Il y avait le colonialisme  espagnol et ses méfaits, notamment les armes chimiques. Il y avait  par la suite Hassan II, qui ne voulait rien entreprendre pour le décollage du  Rif, il y a eu le tremblement de terre… Tout cela a engendré cette situation  dramatique qu’on vit maintenant…

Il faut bien régler cette situation, sinon cela peut dégénérer…
Les habitants de la région ont le sentiment que le gouvernement n’a rien  à proposer sauf la répression. La mort de Mohssine Fikri a exacerbé ce  sentiment. Le gouvernement s’est montré intransigeant. Les habitants n’en  pouvaient plus et se sont installés dans une logique de défi: “Vous nous  devez un grand respect. Vous devez donner suite favorable à nos doléances.  Nous ne demandons rien d’extraordinaire”, disent les manifestants. Il faut  donc que le gouvernement prenne conscience de la gravité de la situation  et adopte des politiques réalistes et il faut en finir avec les accusations genre  “le Rif sécessionniste.”

Vous récusez donc qu’il y ait des velléités sécessionnistes dans les mouvements  de contestation actuels dans le Rif?
Les Rifains sont aussi Marocains que les autres. C’est une région de culture  qui a des attaches partout dans le monde. C’est une région méditerranéenne,  donc ouverte sur les diverses cultures. Mais c’est une région traumatisée,  qu’il faut prendre en charge. N’oubliez pas qu’en 1996, lors de la  campagne d’assainissement, des dizaines de Rifains ont été emprisonnés,  d’autres ont fui le pays.

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !