Dépêche
Accueil » Culture » Mohamed Alami Berrada: « Lettre à mon fils. Être marocain au XXIe siècle »

Mohamed Alami Berrada: « Lettre à mon fils. Être marocain au XXIe siècle »

Citoyen digne de ce nom

L’auteur met en exergue ce qui est le plus précieux dans notre culture pour en faire une synthèse cohérente à même de nous permettre de faire face aux défis de notre époque.

Ce fut un réel plaisir que de lire cette Lettre à mon fils, ouvrage de Mohamed Alami Berrada. Cet homme de bonne volonté qui aime son pays, le Maroc, qu’il sert à sa manière en publiant cette «Lettre», adressée en premier lieu à ses enfants Kamil, Ismail et Yassine, ainsi qu’à leurs enfants et aux enfants de leurs enfants. En fait à tous les Marocains à qui il s’adresse indirectement, et, avec qui il veut partager, dans ce petit livre de quatre-vingts pages, ce qu’il souhaite qu’ils deviennent: «des Marocains patriotes, fiers de leur identité ». Des Marocains, surtout, «habités par des valeurs qu’ils incarnent au quotidien». Des marocains «initiés à la maison et à l’école, dès leur plus jeune âge, à la culture du leadership, de l’excellence et de la bienveillance ».

En un mot ce qui signifie idéalement «être un citoyen digne de ce nom». Vaste projet d’un homme intègre, de grande sincérité et humilité, dont les différents engagements aussi bien dans le mouvement associatif Tarik Ibnou Ziad Initiative (TIZI) que dans le mouvement Les Citoyens, Mieux vivre ensemble lui ont valu tous les honneurs, notamment d’être désigné en 2017 Young Global Leader par le Word Economic Forum. Ce natif en 1979 de Casablanca, où il vit et travaille, et diplômé de l’ESSEC en 2003, qui a également suivi des formations exécutives à la Hertie School of Governance de Berlin et à la Harvard Kennedy School of Government de Cambridge, est à son deuxième ouvrage après avoir publié Be miZen, grande fugue et petites réflexions en 2006.

En effet, son livre numéro deux, Lettre à mon fils. Être marocain au XXIe siècle, n’est autre qu’un autre engagement non seulement au service des jeunes générations actuelles et futures mais aussi d’une certaine vérité, d’un certain devoir impératif: servir ce Maroc et ces Marocains qu’il aime tant.

Relations de confiance
Car pour l’auteur «Tamghribit», ou ce qu’il appelle l’humanisme marocain, n’est autre que cette identité, façonnée aussi bien par la géographie, l’histoire que par les valeurs partagées. Une communauté de valeurs qui transcende les classes sociales, les religions et les spécificités régionales, ditil. Sens de la famille, de la solidarité, de l’hospitalité, du dialogue, de la dignité, de la bienveillance, de la générosité et de la tolérance ….Soit autant de «valeurs nourrissantes et apaisantes», «issues de nos traditions ancestrales» ; «mais résolument modernes», souligne l’auteur avec force et conviction. Car, dit-il, dans un contexte mondial tourmenté, elles favorisent le «vivre ensemble», le «renforcement des relations de confiance, l’ouverture et l’acceptatation de la différence». Ainsi, Tamghribit constitue un socle d’identité à la fois stable et flexible, qui nous permet, dit l’auteur, «de nous définir et d’entrer avec une certaine assurance dans ce XXIè siècle».

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !