Dépêche
Accueil » Société » Mise à niveau au ministère de l’Intérieur

Mise à niveau au ministère de l’Intérieur

Vague de nominations dans l’administration territoriale

Une nouvelle procédure a été adoptée dans les nominations des hauts fonctionnaires au sein de l’administration territoriale. Objectif: respecter les critères de compétence et de mérite tout en veillant à la mise en œuvre du principe de reddition des comptes.

Ça bouge énormément, ces derniers temps, dans l’administration territoriale. Au lendemain d’instructions royales fermes qui exhortent le ministre de l’Intérieur à prendre les mesures nécessaires en vue d’une meilleure efficacité et une rationalisation exemplaire des ressources humaines, des changements profonds sont apportés à la structure des agents d’autorité dans différentes régions et provinces du Royaume. Ces changements répondent aux critères de compétence et de mérite et à la mise en œuvre du principe constitutionnel de reddition des comptes.

Cet important mouvement de nominations touche 1.574 agents d’autorité. Il concerne 38% de l’ensemble des membres de ce corps exerçant au sein de l’administration territoriale ayant passé quatre ans ou plus dans le même poste. Ce mouvement a pour objectifs de procéder à un redéploiement partiel permettant une adéquation des postes avec les compétences, de pourvoir les postes vacants suite à des départs à la retraite et de répondre aux requêtes à caractère social et de santé formulées par des agents d’autorité.

Une dynamique positive
Ce mouvement a connu la promotion à des grades supérieurs d’agents d’autorité ayant répondu aux conditions requises. Et ce après des entretiens oraux supervisés par des commissions composées de walis et de gouverneurs. Cette procédure retenue dans la promotion a été appliquée pour la première fois et généralisée à l’ensemble des promotions à des grades supérieurs (secrétaire général, pacha, chef de cercle, chef de district et caïd). Elle sera désormais retenue comme règle dans la nomination à des postes de responsabilité au sein de ce corps.

Ce mouvement a permis également d’enrichir l’administration territoriale de nouveaux cadres lauréats de l’Institut royal de l’administration territoriale et dont le nombre atteint 114 lauréats. Par ailleurs, en application du principe de reddition des comptes, conscient que la mise en œuvre de ce principe constitue la meilleure illustration de l’équité dans les droits et les devoirs entre responsables et citoyens, le ministère de l’Intérieur annonce avoir présenté 110 agents d’autorité devant les conseils de discipline compétents. Ainsi, différentes sanctions disciplinaires ont été prises à leur encontre. En conséquence, 25 agents d’autorité ont été révoqués, dont un wali et cinq gouverneurs, 21 agents d’autorité ont été relevés de leurs fonctions, dont un gouverneur, 29 agents d’autorité ont été rétrogradés, 21 agents d’autorité ont reçu un blâme et 14 autres un avertissement.

Le ministère de l’Intérieur se dit particulièrement déterminé à œuvrer en faveur d’une approche efficiente dans la gestion de ses ressources humaines. Une approche fondée sur le respect strict des critères de compétence, de mérite et d’égalité des chances dans la nomination aux postes de responsabilité, tout en la liant à la mise en œuvre des mécanismes de reddition des comptes, l’objectif suprême étant l’excellence de l’action de l’administration territoriale conformément à une dynamique positive qui place cette administration au service des citoyens pour accompagner leur demande et veiller à leurs intérêts, comme S.M. le Roi Mohammed VI n’a eu de cesse de le souligner à différentes occasions.

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !