Dépêche
GCAM
Accueil » Société » Mehdi El Maniar, l’enseignant prodige qui fait parler de lui

Mehdi El Maniar, l’enseignant prodige qui fait parler de lui

Le bac par cœur

La méthode d’apprentissage de ce Casablancais de 21 ans, consiste à mémoriser les cours de façon à pouvoir les réciter le plus rapidement possible.

Le poète égyptien Ahmed Chawki avait, dans un de ses poèmes, élevé les enseignants au rang de quasi prophètes. Une comparaison peut-être exagérée mais qui, dans les yeux d’un grand nombre d’élèves d’El Mehdi Maniar, doit faire sens. «Il n’y a aucun autre enseignant qui vaille,» assurent même beaucoup d’entre eux, dans des témoignages faisant florès sur les médias sociaux.

Il faut dire que les «miracles» qu’on prête à ce Casablancais de 21 ans venu du monde du coaching sont nombreux, au point où le doute en vient parfois à être instillé: un élève qui n’aurait obtenu que 0,98 à l’examen régional (qui a lieu en première année du baccalauréat et où l’on passe les matières n’ayant pas valeur fondamentale dans sa filière, par exemple les matières scientifiques pour les élèves littéraires) aurait grâce à lui réussi à remonter la pente pour obtenir sa moyenne et donc son diplôme du baccalauréat.

Zineb Boubechra, qui était habituée de ses cours de soutien -qu’il donne à Casablanca, El Jadida, Had Soualem, Mohammedia et Rabat-, avait, elle, carrément été en juin dernier la meilleure bachelière de la filière des sciences humaines au niveau de la province d’El Jadida, et la deuxième à l’échelle du pays. Elle avait d’ailleurs tenu à remercier, par message sur WhatsApp, M. Maniar. «Je n’oublierai jamais ce que vous avez fait pour moi,» lui a-t-elle écrit. L’intéressé est pourtant le premier à rappeler qu’il n’a «rien inventé».

«Les élèves sentent peut-être que je m’implique de tout mon être avec eux. Je n’essaie pas de les tromper; je leur donne vraiment tout ce que j’ai,» tente-t-il d’analyser quand nous lui posons la question. Au vrai, sa méthode d’apprentissage, qui consiste à mémoriser les cours de façon à pouvoir les réciter le plus rapidement possible, a depuis longtemps été utilisée par les éducateurs nationaux, notamment dans les msids, où les enfants étaient encouragés à psalmodier le Coran en un temps record. Les élèves de M. Maniar portent cependant l’exercice à un degré autrement «vertigineux»: sur certaines vidéos partagées sur les médias sociaux, leur vitesse de prononciation est telle que l’oreille non avertie ne saurait en distinguer le sens.

La compréhension en préalable
«L’enseignant prodige», comme le surnomment certains de ses élèves, récompense d’ailleurs les plus émérites, en leur offrant notamment des téléphones portables. «C’est ma façon de les encourager à aller encore plus de l’avant,» nous explique-t-il. Beaucoup d’internautes, dont notamment des enseignants qui n’hésitent pas à le prendre directement à partie sur sa page Facebook, que plus de 100.000 personnes aiment, accusent cependant M. Maniar d’abêtir les élèves. D’après eux, sa méthode contribuerait au façonnement d’automates dénués de tout esprit critique, en ce sens qu’elle ne mettrait pas assez l’emphase sur la compréhension. Ce que le concerné récuse. «C’est faux; au contraire, je considère la compréhension comme étant un préalable requis, et mes cours y donnent d’ailleurs la part belle. Récemment, je me suis par exemple rendu au Rif pour faire une vidéo sur la guerre de 1921-1926,» souligne-t-il. Quasi prophète ou pas, le succès de M. Maniar ne semble pas prêt de se démentir.

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !