Dépêche
Accueil » A la une » Les Marocains victimes de racisme à Kharkiv?

Les Marocains victimes de racisme à Kharkiv?

©ph:DR

La communauté estudiantine marocaine en Ukraine n’avale pas la pilule. Le meurtre de Mohamed El Mouatamid, un étudiant marocain de 24 ans, lui est resté en travers de la gorge. Lundi 26 juin 2017, des étudiants marocains ont tenu un sit-in devant le commissariat central de la ville de Kharkiv, où le meurtre s’était déroulé la veille, pour protester contre le comportement de la police. Celle-ci est accusée de ne pas avoir correctement fait son travail.

Dans le détail, feu El Mouatamid était attablé, le dimanche 25 juin 2017, à un café de Kharkiv, où il poursuit des études de médecine à l’Université nationale de la ville. Avec lui se trouvaient trois amis, également marocains. Par inadvertance, il aurait cassé un verre. Le propriétaire du café en aurait exigé le remboursement. Devant le prix excessif demandé -environ 100 dirhams marocains-, M. El Mouatamid aurait refusé. C’est là qu’il aurait été pris à partie par le videur et trois clients ukrainiens du café. Pourquoi ces clients se seraient-il mêlés de l’affaire? La presse ukrainienne évoque des motivations racistes. Les trois larrons seraient en effet des membres d’un des nombreux groupes néonazies sévissants en Ukraine.

Une fois dehors, l’un d’eux aurait poignardé El Mouatamid à la cuisse, touchant alors son artère fémorale, reliée directement au coeur, et provoquant une mortelle hémorragie. La police, alertée par les caméras de surveillance, serait arrivée cinq minutes plus tard. Elle serait toutefois illico repartie après avoir su que le jeune homme décédé n’était pas ukrainien.

Le corps de feu El Mouatamid aurait ainsi été laissé aux seuls pompiers et n’aurait même pas été couvert. Il n’aurait même pas, par la suite, été entreposé à la morgue, si ce n’était des étudiants marocains et d’autres pays arabes qui seraient passés à la caisse.

C’est d’ailleurs des étudiants soudanais qui auraient alerté l’ambassade de leur pays, laquelle aurait également informé son homologue marocaine. Au mercredi 28 juin 2017, la dépouille de El Mouatamid n’avait pas encore été rapatriée.

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !