Dépêche
Accueil » A la une » Comment le Maroc gère la migration entre l’Afrique et l’Europe

Comment le Maroc gère la migration entre l’Afrique et l’Europe

Le Maroc tente, avec ses moyens très limités, de contenir un exode d’une forte intensité provenant essentiellement de l’Afrique. La gestion de cet exode se réalise à travers une politique royale de la migration, saluée à l’international.

Depuis quelques années, le Maroc accueille des milliers de migrants africains mais aussi syriens. Au gré d’une nouvelle politique royale visant à faciliter l’intégration de ces migrants, le Royaume est devenu un véritable carrefour de l’immigration entre l’Afrique et l’Europe.

Non soutenu, ou alors très faiblement, par l’Europe, le Maroc affronte ce phénomène avec beaucoup de courage et d’humanisme. Ce qui suscite l’admiration manifestée à S.M. le Roi Mohammed VI par les chefs d’Etat africains mais aussi occidentaux, qui apprécient la nouvelle politique migratoire initiée par le Souverain comme l’une des plus modernes jamais adoptées par un Etat africain ou même européen. Ce qui a conduit ses homologues africains à le désigner comme un leader africain sur les questions de la migration.

Une vision globale
À l’occasion du dernier sommet conjoint entre l’Union africaine et l’Union européenne, qui s’est tenu fin novembre 2018 à Abidjan, S.M. le Roi avait présenté une vision globale de ce qui devrait être la nouvelle politique migratoire africaine. Le premier axe de cette politique porte sur les stratégies nationales. Ainsi, chaque pays a la responsabilité régalienne de gérer la migration illégale et de créer les conditions politiques d’intégration des migrants tout en veillant à la protection de leurs droits. La migration, selon la Souverain, ne doit pas être un instrument de répression. Quant au deuxième axe, il consiste en une coordination sous régionale sans laquelle les politiques nationales de gestion de la migration seront vaines. Les deux derniers axes renvoient à la perspective continentale et au partenariat international. Ainsi, il est nécessaire d’adopter une perspective continentale qui permette la mise en place d’une stratégie commune de la migration, en vue de surmonter les obstacles et défis liés à la question de la migration aux pays africains. Quant au partenariat international, S.M. le Roi souligne la nécessité pour les pays africains d’évaluer les défis et les opportunités de la migration et y donner suite.

Le choix par l’UA du Maroc pour superviser la question de la migration n’est pas fortuit. Le Maroc a pris de nombreuses mesures en faveur des migrants, notamment à travers la stratégie nationale de la migration. Approuvée en Conseil de gouvernement fin 2014, ladite stratégie constitue l’un des piliers majeurs de la politique migratoire du pays. Il a également été question au cours des dernières années d’opérations de régularisation de migrants en situation irrégulière sur le territoire national.

A cela s’ajoute l’élaboration de projet de loi concernant la migration et l’asile ainsi que la lutte contre la traite des êtres humains. Outre l’Union africaine, l’organisation des Nations Unies manifeste une forte reconnaissance à la politique migratoire du Maroc. En témoigne le prochain sommet mondial sur la migration, prévu en décembre 2018 à Marrakech. Un rendez- vous planétaire qui connaîtra la participation des représentants de 193 pays membres de l’ONU.

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !