Maroc–Argentine: Messi sera-t-il intouchable?

Lionel Messi devrait jouer, ce 26 mars, avec l’Albiceste contre le Maroc. Pour l’occasion, plusieurs clauses ont été émises par la fédération argentine de football pour ce match amical.

De qui se moque-t-on? Les footballeurs marocains seraient-ils des bouchers prêts à casser des jambes sur un terrain de football? C’est ce que semble croire la Fédération argentine de football, qui a imposée des conditions ubuesques à la Fédération Royale Marocaine de Football pour la participation de Lionel Messi lors d’une rencontre amicale, programmée le 26 mars 2019 au stade Ibn Batouta de Tanger. Ainsi, la venue du prodige argentin dans la ville du Détroit serait particulièrement encadrée. Il faudra que le joueur du Barça ne soit pas malmené lors du match. En clair, qu’aucun Lion de l’Atlas ne le tacle. Les Sud-Américains auraient également exigé que Messi ne soit pas importuné par ses adversaires pour échanger son maillot, prendre des selfies avec les joueurs ou des supporters, ni par des journalistes qui auraient envie de l’interviewer. Mieux, ou pire, un avion spécialement affrété par la FRMF transportera la délégation de l’équipe argentine, qui sera rassemblée en Espagne. Il est aussi prévu que les organisateurs mettent en place un service de sécurité pour toute la délégation. En contrepartie, la Pulga serait obligé de jouer un minimum 60 minutes.

Les conditions rapportées dans les médias sont surprenantes et font polémique depuis sur les réseaux sociaux. Malgré toutes ces conditions, la FRMF déboursera un million de dollars pour voir l’équipe argentine jouer sur son sol. Toutefois, le Maroc ne payera que la moitié de la somme indiquée si Messi ne devait pas jouer cette rencontre amicale. Une somme conséquente malgré le prestige de l’adversaire mais qui se justifie par l’écho international en cas de bonne performance de Messi ou de l’équipe entraînée par Hervé Renard à Tanger.

Le n°10 argentin n’est, en effet, pas étranger à la Ville du détroit. On se rappelle notamment qu’il était venu martyriser une pauvre équipe du Raja de Casablanca avec un triplé, balayée 8-0 par le FC Barcelone le 29 juillet 2012 alors que l’été dernier, il était venu soulever la Supercoupe d’Espagne contre le FC Séville (3-2). Lors de ces deux événements, aucun incident n’a été déploré. Au contraire, le public marocain avait fait montre d’un soutien indéfectible au joyau argentin en dehors d’une demande de selfie en tribune officielle lors de la finale de la Supercoupe d’Espagne. Pour expliquer cette attitude de la Fédération argentine, il faut peut-être chercher du côté du caractère réservé de Lionel Messi. L’Argentin fuit les médias et les bains de foule, veut éviter les trop nombreuses sollicitations d’un peuple amoureux de football et admiratif de son talent.

Cette fois-ci, c’est en tant que capitaine albiceleste que Messi pourrait prendre part à cette rencontre de préparation. Le conditionnel est en effet de mise car les dernières indiscrétions laissent entendre que Messi ne ferait pas le déplacement à Tanger, ce que le sélectionneur argentin n’a ni confirmé ni infirmé: «Il jouera un ou deux matchs. On verra», a-t-il lâché. Mais, on ne sait jamais. L’été dernier, la Pulga ne devait pas participer à la Supercoupe d’Espagne, et avait finalement fait machine arrière...


Laisser un commentaire