Dépêche
Accueil » A la une » Le Malgache Ahmad Ahmad élu au premier tour président de la CAF

Le Malgache Ahmad Ahmad élu au premier tour président de la CAF

Le Malgache Ahmad Ahmad – © ph:DR

Véritable séisme au sommet de la Confédération africaine de football (CAF). Le président sortant, le Camerounais Issa Hayatou, a été défait, ce jeudi matin, par le président de la Fédération malgache et membre de la commission exécutive de la CAF, M. Ahmad Ahmad. Ce dernier a été élu au premier tour pour un mandat quatre ans à la tête de l’Instance africaine, lors de sa 39è Assemblée générale ordinaire qui se tient à Addis-Abeba. M. Ahmad a obtenu 34 voix contre 20 pour le président sortant, en poste depuis près de 30 ans. Le président de la Fifa, Gianni Infantino, était présent pour assister au vote.

La défaite de M. Hayatou marque la fin d’une ère marquée par des relations mitigées avec le Maroc, même si sa toute première élection, en 1988, à la tête de la CAF, a eu lieu sur terre marocaine. Ainsi, lorsque le Royaume a demandé le report, à une date ultérieure, de la Coupe d’Afrique des nations qu’il devait organiser début 2015, pour éviter les risques liés à l’épidémie Ebola, M. Hayatou s’est montré particulièrement hostile. Non seulement en refusant formellement la requête du Maroc, mais en lui infligeant des sanctions sportives et financières lourdes. Après un bras de fer de plusieurs mois, le Tribunal arbitral sportif (TAS) annule, en avril 2015, la décision de la CAF d’empêcher le Maroc de disputer les CAN 2017 et 2019, et réduit la sanction financière de 10 millions à 50 000 dollars seulement. Depuis, une bonne partie de l’opinion publique marocaine ressent de l’animosité envers le président déchu, qui sera considéré par certains comme étant à « la solde de pays hostiles au Maroc ».

La tension baissera entres les parties baissera par la suite. En visite au Maroc le 20 et 21 novembre 2016, M. Hayatou change radicalement de discours, saluant le développement du football au Maroc sur tous les plans. Il annonce par la même occasion sa disposition à être aux côtés du Maroc si ce dernier se portait candidat pour la 5ème fois pour organiser la Coupe de monde. Et c’est justement cette candidature qui allait ranimer la méfiance entre le royaume et M. Hayatou. Celui-ci a exprimé, début mars 2017, sa réticence quant à un candidature conjointe du Maroc, de l’Espagne et du Portugal, précisant qu’il préfère que le Maroc s’allie un pays africain, comme l’Algérie, l’Egypte ou encore l’Afrique du Sud.

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !