Dépêche
Accueil » A la une » Madrid se dit prête à agir pour freiner les « violations des libertés » en Catalogne

Madrid se dit prête à agir pour freiner les « violations des libertés » en Catalogne

©ph:DR

La vice-présidente du gouvernement espagnol, Soraya Sáenz de Santamaria, a indiqué mardi que l’exécutif est prêt à agir pour freiner la poursuite des « violations des libertés » en Catalogne, suite au référendum sur l’indépendance de cette région du nord-est de l’Espagne organisé dimanche malgré son interdiction par la Cour constitutionnelle.

« Le gouvernement fera usage des instruments prévus par la Constitution et par les lois. Ses limites sont fixées par l’Etat de droit démocratique visant à préserver la sécurité juridique et les libertés démocratiques de l’ensemble des Espagnols », a-t-elle dit dans des déclarations à la presse.

Et d’ajouter que « tout le monde doit être conscient de la gravité des événements » qui se produisent en Catalogne.

« Nous sommes en train de discuter avec tous les partis politiques et n’ayez aucun doute que nous allons prendre les mesures qui seront nécessaires. Nous allons prendre les mesures nécessaires pour protéger les droits des Catalans », a insisté Mme de Santamaria.

Elle a relevé qu’en Espagne, tout le monde est soumis à la loi et les premiers à l’être sont les personnes qui gouvernent, estimant que « les droits et libertés des Espagnols doivent toujours être au-dessus des intérêts personnels ou partisans ».

Un référendum d’autodétermination jugé illégal par Madrid a été organisé dimanche en Catalogne par le gouvernement régional, malgré son interdiction par la Cour Constitutionnelle espagnole.

Le président du gouvernement de la Catalogne, Carles Puigdemont, avait annoncé, ce même jour, qu’il transmettra prochainement les résultats du cette consultation au parlement régional.

Dans une déclaration aux médias, M. Puigdemont a précisé qu’il fera cette démarche pour permettre au parlement de mettre en œuvre la loi sur le référendum qui prévoit de déclarer l’indépendance au cas d’une victoire du « Oui ».

Le chef du gouvernement espagnol, Mariano Rajoy avait affirmé qu’aucun référendum d’autodétermination n’a été organisé dimanche en Catalogne et que les événements survenus dans cette région ont permis à tous les Espagnols de constater que l’Etat de droit « reste en vigueur avec toute sa force » et qu’il dispose des « ressources nécessaires pour se défendre d’une attaque aussi sérieuse ».

Le référendum a été « une simple mise en scène, un épisode de plus d’une stratégie contre la coexistence démocratique et la légalité », avait dit M. Rajoy lors d’une déclaration institutionnelle.

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !