Dépêche
Accueil » Chronique » LOOKING FOR DESCARTES

LOOKING FOR DESCARTES

WISSAM EL BOUZDAINI

QUAND LES FAKE NEWS ALIMENTENT LES PHÉNOMÈNES SOCIÉTAUX.

Je n’ai pu m’empêcher, au vu de l’actualité récente dans notre pays, de repenser à cette célèbre boutade qu’avait choisie Philippe Brachet pour intituler son livre de 1982 sur les raisons du sous-développement au Maroc: Descartes n’est pas Marocain. L’ancien professeur de droit de la faculté de Rabat voulait, par cette formule, dénoncer la politique d’arriération forcée menée à l’époque par le régime de Hassan II dans le Royaume, plutôt que d’essentialiser notre mal-être et donc notre retard. Mais si c’était la seconde thèse qu’il avait tenté d’avancer, n’aurait-il pas eu raison? En une semaine, deux actualités sont venues nous rappeler que nous sommes bien loin de pouvoir compter encore parmi les nations les plus avancées.

J’ai d’abord été surpris d’apprendre, en m’enquérant des nouvelles de mes chers concitoyens auprès de ce moqaddem des temps numériques qu’est Facebook, que des anges auraient fait leur apparition dans le ciel de la ville de Meknès. Quoi? Comment? Oui, vous avez bien lu, Jibril et co n’auraient rien trouvé de mieux pour passer les dix derniers jours du Ramadan que d’aller traîner leurs guêtres et leurs ailes de velours au firmament de l’ancienne capitale du sultan Moulay Ismail. Je n’écarte pas qu’ils aient une préférence pour la cité, sachant que l’on y fait les meilleurs mets ramadanesques.

En tout cas, ils avaient sans doute mieux à faire que de remplacer le boycott de Centrale Danone et la malhama de Saïd Naciri au top des trends sur les médias sociaux. Et quand bien même cela aurait été leur intention, bien mal leur en aurait pris; car dès le lendemain, c’est un petit douar du nom de Serghina, perdu dans la province de Boulemane, dans la région de Fès- Meknès, qui allait les supplanter dans l’actualité, avec l’histoire encore plus incroyable et rocambolesque de 20.000 personnes qui se sont rendues sur une montagne pour trouver un trésor.

L’étranger non averti pensera éventuellement à des mines perdues, comme celles qui avaient permis à Salomon de faire de l’antique royaume d’Israël un des plus riches du globe, ou peut-être, pour rester à l’ouvrage de M. Brachet, au Discours de la méthode de Descartes, mais il s’agit plus prosaïquement, ou tout bêtement, d’une histoire de djinns. Vous ne le saviez pas? Selon le bruit qui court, il a suffi de la parole d’un homme pour amener Serghinies et Serghinis confondus à gravir toute une montagne dans l’espoir de s’accaparer une petite partie du pécule. Le quidam a, depuis, été entendu par les gendarmes. Pas un concitoyen donc, Descartes? Pour nuancer, il faut souligner que c’est les mêmes fake news qui, aujourd’hui en Occident, alimentent la peur et font élire des incompétents qui conduisent chez nous à de tels phénomènes sociétaux. Mais alors, c’est l’espoir en toute l’humanité qui est perdu…

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !