Dépêche
Accueil » Culture » Un si long chemin, de Jalil Bennani

Un si long chemin, de Jalil Bennani

livre-jalil-bennani

Abdelkader Retnani, directeur de la  maison d’édition La Croisée des  Chemins, sait parler des livres.  Mais il aime surtout parler des  livres qui retrace la vie, les mésaventures,  les bonheurs et les malheurs des gens. Il  a eu à en faire preuve à l’occasion de la  parution de l’ouvrage collectif «Ce qui nous  somme», édité à la suite des attentats de  Paris de janvier 2015 et il le fait avec une  fierté non dissimulée depuis le 16 juin 2016,  jour de la présentation du livre «Un si long  chemin, paroles de réfugiés», de Jalil Bennani.  Une beau livre illustré par des photos  d’immigrés réalisées par Mohammed Kilito  et qui donne la parole à une trentaine de  réfugiés subsahariens et syriens installés  au Maroc, la plupart à cause des guerres et  des crises qui déchirent leurs pays.

Edité par La Croisée des Chemins, en collaboration  avec le Haut commissariat des  Nations unies pour les réfugiés, le ministère  chargé des MRE, celui de la Culture et le  Conseil national des droits de l’Homme, ce  «beau livre», comme le décrit M. Retnani,  est surtout un hommage au Maroc, terre  d’accueil et aux Marocains, qui quoi qu’on  en dise, reste ouvert et hospitalier. Un  témoignage d’un immigré subsaharien  qui avait choisi l’Algérie, «pays socialiste  et égalitaire pour s’y installer, d’après lui,  avait vite fait de déchanter et reprendre le  chemin inverse vers les pays du Sahel avant  de remonter vers le Nord pour reprendre  goût à la vie au Maroc», raconte M. Retnani.  Le témoignage de ce jeune qui remercie  le Maroc figure dans ce livre publié à l’occasion  de la journée mondiale du réfugié,  célébrée le 20 juin de chaque année.

Lourdes épreuves
En fait, Jalil Bennani dresse le portrait de  30 réfugiés exilés au Maroc, 20 hommes  et 10 femmes originaires de 16 pays ou  régions: Afghanistan, Burundi, Cameroun,  Centrafrique, Chine, Congo, Côte d’Ivoire,  Érythrée, Irak, Liberia, Mali, Palestine, Soudan,  Syrie, Tchad, Yémen. Ils résident un  peu partout au Maroc, à Rabat, Casablanca,  Kénitra, Marrakech, Azrou… Les entretiens  qui composent cet ouvrage ont été réalisés  entre septembre 2015 et mars 2016.  Lors d’une cérémonie de  présentation de l’ouvrage,  organisée à  Casablanca le 16 juin  2016, l’auteur, Jalil Bennani,  psychanalyste de son état, a déclaré s’être «interdit toute  interprétation des confessions des interlocuteurs,  laissant les réponses parler  d’elles-mêmes… Le lecteur est libre d’interpréter  ce que les réfugiés ont à exprimer  sur leur rapport au Maroc, à la langue et à  l’intégration».

Pour lui, «les portraits montrent des  hommes et des femmes dignes, courageux,  forçant le respect par leurs capacités  à surmonter de très lourdes épreuves et à  s’intégrer. Le Maroc a une longue tradition  d’hospitalité et de pluralité culturelle, mais  aujourd’hui ces questions se posent avec  une acuité toute particulière. Les réfugiés  nous poussent à repenser notre conception  de l’accueil, notre interculturalité, notre  ouverture sur le monde».

L’ouvrage inclut des contributions écrites  d’Anis Birrou, ministre chargé des Marocains  résidant à l’étranger et des affaires de  la migration, de Driss El Yazami, président  du Conseil national des droits de l’Homme  (CNDH), et de Jean-Paul Cavaliéri, représentant  du HCR au Maroc et initiateur du  projet du livre.  E t comme l’a si bien dit le directeur de  la maison d’édition «La croisée des  chemins», Abdelkader Retnani, cet  ouvrage sera un «véritable ambassadeur  du Maroc à l’étranger»

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !