Dépêche
Accueil » Auto & Moto » L’hydrogène vient gêner l’électrique?

L’hydrogène vient gêner l’électrique?

Durcissement des règles en termes d’émissions

Les collaborations entre constructeurs se multiplient, face à des réglementations de respect de l’environnement de plus en plus stricte.

Hyundai a annoncé le 20 juin 2018, la signature d’un nouvel accord avec l’allemand Audi. Une collaboration qui consiste à développer ensemble les technologies de propulsion des voitures à l’hydrogène, dans l’espoir de booster le segment très en retard par rapport à celui des hybrides électriques par exemple.

Le développement de cette technologie, très prometteuse aux yeux du constructeur sud-coréen, a été freinée par le manque des infrastructures et par l’engouement de la plupart des constructeurs pour les véhicules électriques, inspirés par les multiples succès de l’américain Tesla. Ce type de véhicules embarque une pile combustible, dont le principe est de créer une énergie électrique suite à la combustion de l’hydrogène. De ce fait, la force mécanique se crée permettant au véhicule de rouler, tout en respectant la nature. Les rejets sont composés uniquement d’eau, et nullement de CO2.

Des normes compliquées
De son côté, le japonais Toyota avait fait l’éloge des avantages de ce type de véhicule, dont le temps de recharge est bien inférieur à celui des batteries des voitures électriques. Mais en revanche, leur prix assez élevé ainsi que la pénurie de bornes de recharge spécifiques, compliquent l’arrivée du segment. Dans le cadre de leur accord, le sud-coréen et l’allemand prévoient un partage aussi bien de propriété intellectuelle que de composants, y compris tout nouvel élément que pourrait développer Audi, chargé de la technologie des piles à combustible au sein de Volkswagen.

Hyundai espère à travers cet accord, augmenter la demande de véhicules à hydrogène, tel que le SUV Hyundai ix35 et faire baisser les coûts pour rendre la technologie rentable. Le chargé de la recherche et développement dédiée à la pile à combustible chez Hyundai, Sae Hoon Kim, déclare la volonté du constructeur d’offrir plus d’opportunités à ses fournisseurs, et qu’il y ait une concurrence entre ces derniers, qui sans doute fera baisser les coûts.

Les constructeurs automobiles multiplient les partenariats pour partager les coûts de développement de technologies plus respectueuses de l’environnement, devant s’adapter aux normes toujours plus strictes en matière d’émissions polluantes. General Motors et Honda ont conclu un accord pour développer ensemble des voitures équipées de piles à combustibles, avec l’ambition d’une première commercialisation en 2020. De son côté, l’autre allemand BMW collabore avec Toyota.

Face au nouveau durcissement, prévu en 2025, des règles de l’Union européenne en termes d’émissions, les différents constructeurs se voient obligés de proposer différentes solutions futures. Hyundai a vendu 200 exemplaires de ce type en 2017, et vise un objectif d’un millier cette année.

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !