Dépêche
Accueil » Société » Lettre ouverte à Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Education nationale française

Lettre ouverte à Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l’Education nationale française

Najat Vallaud-Belkacem.

Najat Vallaud-Belkacem.

Pour réparer certaines injustices

J’ai l’honneur de m’adresser  à vous en votre qualité de  ministre de l’Education  nationale et, à travers vous,  à toutes les entités de la  République qui interviennent  dans les procédures administratives  appliquées aux Marocains désirant  poursuivre leurs études supérieures en  France après le baccalauréat (“type  français”).

Les cas précis dont on m’a communiqué  les détails laissent apparaître  une politique délibérée de  refuser aux bacheliers marocains  l’inscription aux classes préparatoires  des écoles supérieures  d’ingénieurs.

Ainsi, un élève du lycée Massignon  en Terminale S, Major  de la promotion, ayant obtenu  une moyenne au Bac de 18.65  avec 20 en math et en SVT, 18 en  histoire-géo, 15 en philo s’est vu  attribuer l’affectation qu’il a placée  en 15ème position de son choix  (Ecole d’ingénieurs de Province),  alors que, suivant les conseils de  ses professeurs et en fonction  des notes exceptionnelles de ses  bulletins, il avait postulé à Louisle-  Grand, Lycée du Parc, Saint Louis,  Fermat, Janson de Sailly et Montaigne .  Je peux aussi affirmer, à titre anecdotique,  que la maman de cet élève, sur le  conseil d’une amie française, elle aussi  outrée par la décision de l’A.P.B, a essayé  de contacter au téléphone les Lycées cidessus  qui ont tous refusé de répondre,  à l’exception du Lycée Saint Louis.

Elle a alors communiqué les notes  ci-dessus du Bac, mais elle a reçu en  guise de réponse, sur un ton ironique,  avant qu’on ne lui raccroche au nez: «tous ceux que nous avons admis ont de  meilleurs dossiers». Un autre élève du  Lycée Massignon, d’un niveau équivalent,  était en liste d’attente à l’école Sainte Geneviève  (Versailles), mais il vient de recevoir,  aujourd’hui même, la notification de refus  et doit se rabattre sur la même école de  Province. Un bachelier Sciences maths  du Lycée Lyautey, avec mention Bien, a  dû se convertir au Droit dans une petite  ville de province, alors qu’il prétendait à  des classes préparatoires scientifiques ou  commerciales.  Les procédures, de plus en plus compliquées,  deviennent un véritable parcours  du combattant, surtout quand le consulat  exige un certificat d’inscription alors que  l’organisme qui doit recevoir l’étudiant  exige l’obtention du visa au préalable;  de même, le consulat exige un logement  alors que pour avoir un contrat de bail, on  demande le visa.

  Les procédures sont encore plus compliquées  quand il s’agit de mineurs,  ce qui est le cas de bon nombre de  bacheliers nés après septembre/  octobre 1997.  Ce qui est le plus insupportable, c’est  le mépris à peine voilé de certains  agents du consulat de Casablanca,  envers des parents, généralement les  mères, qui, après avoir choisi dès les  maternelles un enseignement,  certes de qualité mais excessivement  onéreux, et supporté des  sacrifices matériels considérables,  après avoir constitué  péniblement toutes les pièces  du dossier de demande de visa,  après plusieurs files d’attente  sous le soleil, sont mal reçus et  parfois essuient des remarques  désobligeantes.

Vous n’êtes pas sans savoir que  les frais de scolarité à la Mission  française sont plus de deux fois  le salaire minimum au Maroc  (c’est comme si en France on  devait payer la scolarité du secondaire  2.500 à 3.00 euros par  mois!) sans compter les frais de  cours particuliers; malgré cela  des familles, même modestes,  font les sacrifices qu’il faut pour  que leurs enfants puissent aspirer  à intégrer des écoles supérieures  françaises de renom.  J’ose espérer que pourrez redresser  certaines injustices et empêcher  que des familles entières gardent  des stigmates provoqués par des  mesures vexatoires, bref par la  “hogra”.

Un lauréat marocain d’une école Supérieure d’ingénieurs de France

NEWSLETTER MAROC HEBDO.

Entrez votre adresse e-mail

S'abonner à  la Newsletter !